Rp-Horde Kirin Tor

Vivez et partagez les aventures de la Horde du serveur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [ Histoire ] Les Trolls.

Aller en bas 
AuteurMessage
Busteriem



Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: [ Histoire ] Les Trolls.   Lun 6 Avr - 22:07

A QUOI RESSEMBLENT LES TROLLS

Taille
En moyenne, les trolls mesurent environ 2,10 mètres pour une centaine de kilos. Il existe deux exceptions, les tribus Drakkari et Zandalari, dont les membres sont souvent plus grands que la moyenne. Comme dans les autres races, certains individus s'écartent nettement des moyennes. Consultez le paragraphe sur les trolls « monstrueux » pour plus de détails.

Santé
Tous les trolls jouissent d'une extraordinaire résistance physique. Ils peuvent guérir de blessures très graves, voire régénérer leurs membres coupés. Leur très grande vitesse de guérison en fait des adversaires redoutables sur les champs de bataille.


Quelques particularités

Cannibalisme
La plupart des trolls semblent être cannibales. Cette pratique est confirmée pour plusieurs tribus, dont les Ecorchemousses et les Vilebranches. C'est également le cas pour toutes les tribus de trolls des glaces. Les trolls des sables, des forêts et des jungles sont souvent cannibales, mais ce n'est pas systématique. La rumeur prétend que même les mystérieux trolls sombres sont cannibales.
Il existe plusieurs exceptions notables. Les Zandalar et les Vengebroches, par exemple, ne consomment pas de chair de troll. La tribu Sombrelance était cannibale jusqu'à ce qu'elle rejoigne la Horde, mais depuis, elle a officiellement renoncé à cette pratique.


Tribu Ecorchemousse


Tribu Vilebranche


Tribu Zandalar



Tribu Vengebroche


Vaudou


Nombre de sages voient le vaudou comme un type d’animisme, et dans l’absolu cette théorie est vraie. La religion des trolls prend une direction très différente des croyances chamaniques des orcs et des taurens. Les trolls ont des croyances très complexe mêlant des esprits malin et leur effets sur le monde, mais aucun sage n’a pu établir ce qui est vrai et ce qui n’est que de simple superstitions.

Les Sombrelances ( darkspears ) ont connu une sombre et sanglante histoire de sacrifice, de cannibalisme et de magie noir. Ils considèrent les esprits comme des individus à l’image des créatures vivantes. Les esprits sont avides, hostile et dangereux. Les trolls croient aussi que leur ancêtres sont des esprits jaloux a qui la terre de leur vivant manque et on besoin de sacrifice de sang pour être apaisés.

Les trolls sacrifient et mangent leurs ennemis. Ils suivent cet pratique pour deux raisons. Premièrement, ils pensent que le sacrifice d’être intelligent apaise les esprits malins. Deuxièmement, ils croient qu’après la mort l’esprit de leurs ennemis peut venir hanter leur assassin. En mangeant la chair de leurs ennemis, les trolls pensent qu’ils peuvent aussi manger l’esprit de leur ennemis, ou au moins l’endommager suffisamment pour le rendre inoffensif.

L’influence des orcs a tempéré les croyances des darkspears. Les trolls soutiennent volontairement Thrall et la Horde, et ils comprennent que leurs rituels destructeurs froissent leurs alliés. Sous la tutelle de Thrall, les darkspears ont abandonné les sacrifices d’êtres intelligents et se sont mis à plutôt sacrifier des animaux. Ces trolls ne mangent plus non plus leurs ennemis mais pratiquent d’autres méthodes pour capturer, blesser ou détruire l’esprit de leurs ennemis. Ces méthodes incluent des bénédictions prodiguées par les sorcier-docteurs, brûler le cœur des ennemis, noyer les corps et la réduction de tête.
Les sorcier-docteurs tiennent une importante position dans la société troll. Les trolls respectent leur sorcier-docteur comme les plus sages et plus puissant membre de leur tribu et leur montre courtoisie et égards.

Les trolls sont superstitieux. Ils voient de sombres signes partout et relaient au sorcier-docteur d’interpréter ces augures. Les sorcier-docteurs déterminent les succès ou les échecs dans la bataille presque plus que les guerriers ; les trolls croient qu’un sorcier docteur qui lit les signes correctement et conduit les rituels approprié peuvent garantir le succès dans toute les entreprises.

Jusqu'à l’engagement de Thrall avec les darkspears, seul les males devenait sorcier-docteurs. Les trollesses ont depuis vue les l’égalité que possèdent les autres femelles de la Horde et on grandement désiré leur propre émancipation. En dépit de leur effort, peu de sorciere-docteurs existent, et celles qui tentent de prendre le rôle de sorciere-docteur de tribu rencontre plus de dérision et de résistance. Les trolls appellent les femelles sorciere-docteur « Zufli », une déformation du préfixe des maîtres vaudous « zul ». « Zufli » est un terme dépréciatif et signifie littéralement « bébé sorcier », mais nombre de femelle on pris ce titre comme une marque de fierté.

Les rites mortuaire troll utilisé impliquaient des mutilations sur le corps. Les trolls croyaient que ce sacrifice simulé écarte les esprits malins a proximité. Les esprits, attiré par le semblant de sacrifice, ne remarqueront ainsi pas le nouvel esprit qui entre dans leur monde. Cela a permis a l’esprit d’entrer dans l’autre monde et de s’y faire une place sans être harcelé.

Maintenant les trolls évitent ces rituels, car la Horde les trouvent effrayant et cela évoque un inquiétant lien avec le Fléau. Les trolls désapprouvent la crémation, car ils estiment que le corps donne a l’esprit une ancre vers le monde mortel, le détruire crée un esprit à la dérive et confus. Récemment, les trolls se sont mis à crever les yeux des cadavres, ouvrant ainsi une voie a travers le crâne, là où réside l’esprit. Souvent les sorciers-docteurs sacrifient un animal a proximité pour distraire les esprits affamé ; si les parent en deuil n’ont pas le temps pour un tel rituel, ils peuvent s’entailler les bras et laisser le sang couler pour accomplir la distraction. Pour éviter les risque de voir les défunt devenir des morts-vivants, les trolls enterrent les corps de leur camarades dans des lieux secret ou en morceau (habituellement la tête dans un endroit et le corps ailleurs).
Le chamanisme, telle qu’il est pratiqué par les orcs et les taurens, a connu une forte croissance chez les Darkspears. Alors que le vaudou reste la religion principale des trolls, des trolls chamans apparaissent fréquemment, et certains trolls deviennent même druide. Les prêtres qui font appellent au esprits vaudou on accès au domaines des esprits et de la mort.



L’île Yojamba
Tous les trolls ne pratiquent pas le vaudou, mais il est au moins aussi répandu parmi eux que le cannibalisme. On ne sait pas grand-chose de l'apparition du vaudou chez les trolls, car les tribus qui savent à quoi s'en tenir ne partagent pas leurs informations avec les étrangers. Toutefois, avec l'arrivée récente des trolls Zandalari sur l'île de Yojamba, plusieurs chercheurs célèbres ont commencé à se demander si les Zandalari n'en seraient pas à l'origine.

Les trolls redoutables
Une faible minorité de trolls est considérablement plus grande et plus musclée que la moyenne. Il n'existe pas de distinction raciale entre eux et leurs congénères. Cette taille et cette musculature inhabituelle pourraient avoir des origines diverses. Ils pourraient avoir été altérés par l'alchimie ou la magie. À moins qu'ils ne naissent tout simplement comme ça. Quoi qu'il en soit, même s'ils sont souvent mal vus par les autres races, ces « trolls redoutables » ne sont pas considérés comme des monstres.



( premiere partie du long sujet sur les trolls )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Busteriem



Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: [ Histoire ] Les Trolls.   Lun 6 Avr - 22:08

L’alliance et bien d’autre races craignent les trolls et avec de bonne raison. Même la Horde regarde parfois ses alliés trolls avec suspicion. Les orcs étaient une race pacifique avant leur corruption par les démons, mais les trolls de la jungle sont issus d’une sanglante histoire. Même à l’heure actuelle, les darkspears ne comprennent pas bien les objections de la Horde face a leur ancien mode de vie, pourtant ils doivent se modérer pour ne pas offusquer leurs nouveaux amis. Certain on même embrassé le chamanisme.
Les trolls sont une race paradoxale. Ils possédaient une société complexe et un esprit sournois pourtant, ils agissent de manière simple et directe. Ils ont suivit les anciennes voies car elle fonctionnait. Thrall les a sauvé d’une grave menace, ils le suivent. La Horde décourage l’apprentissage des anciennes voies alors les trolls s’essaient aux nouvelles. En surface du moins. Personne ne peux être certain de ce que pense un troll au fond de son cœur.

HISTOIRE

L'ascension de la civilisation trolle

Les premiers trolls connus appartenaient à la tribu Zandalar. Tous les autres trolls en descendent. La plupart des Zandalari appréciaient par-dessus tout le savoir, mais une importante minorité désirait avant tout des conquêtes. Ces dissidents finirent par quitter la tribu pour former les leurs. Le temps passa, et ce qui restait de la tribu Zandalar en vint à être considéré comme une caste de prêtres par tous les trolls. Les Zandalari travaillaient sans relâche à enregistrer et à préserver l'histoire et les traditions des trolls. Ces sages tentaient de faire progresser la société trolle dans son ensemble. Très respectés par leurs congénères, les Zandalari se tenaient néanmoins à l'écart de la politique quotidienne.

Il y a environ seize mille ans, les trolls régnaient sur une grande partie de l'ancienne Kalimdor qui, en ce temps-là, était l'unique continent d'Azeroth. Deux empires émergèrent, fondés par les tribus qui s'étaient séparées des Zandalari : l'empire des Gurubashi dans les jungles du sud-est, et l'empire des Amani dans les forêts du centre.

D'autres tribus, plus petites, furent chassées des régions civilisées. Elles émigrèrent dans le grand nord, s'établissant dans la région qui allait devenir le continent de Norfendre, où elles bâtirent une petite nation, Zul'Drak. Celle-ci ne devint jamais aussi vaste ou aussi prospère que les empires méridionaux.

En dépit de l'antipathie mutuelle qui séparait les Amani et les Gurubashi, les deux empires se firent rarement la guerre, car ils avaient un ennemi commun, un troisième empire, celui d'Azj'Aqir. Les aqir, des insectes intelligents qui régnaient sur les régions lointaines de l'ouest, étaient rusés, expansionnistes et profondément maléfiques. Ils étaient aussi obsédés par l'idée d'éradiquer toute vie non-insectoïde des champs de Kalimdor.

Les trolls combattirent les aqir pendant des milliers d'années, sans jamais remporter une victoire définitive. En revanche, ils parvinrent peu à peu à couper le royaume aqiri en deux. Ses habitants s'enfuirent dans des colonies séparées, au nord et au sud du continent. Deux cités États aqiri finirent par émerger : Azjol-Nerub dans les étendues désolées du nord, et Ahn'Qiraj dans le désert méridional. Les trolls soupçonnaient que d'autres colonies aqiri s'étaient installées sous Kalimdor, mais leur existence ne fut jamais démontrée.

Une fois les insectes contraints à l'exil, les deux empires trolls revinrent à leurs habitudes. Ni l'un ni l'autre ne s'étendit beaucoup au-delà de ses frontières originelles.

De nouveaux ennemis : les kaldorei

Les elfes de la nuit apparurent sur les rives du puits d'éternité et furent renforcés par son énergie. Malgré les efforts des trolls pour empêcher cette nouvelle race de s'accaparer d'autres territoires, les elfes de la nuit parvinrent à bâtir un grand empire qui s'étendit rapidement sur Kalimdor. Grâce à leurs terribles magies qui dépassaient tout ce qu'avaient imaginé les trolls, les elfes de la nuit furent bientôt en position de menacer les deux plus grands empires du monde.

Les elfes démantelaient de façon systématique les défenses et les lignes de ravitaillement des trolls. Ces derniers, incapables de résister à leur magie destructrice, cédaient sous leurs assauts. En quelques années à peine, les empires Gurubashi et Amani se disloquèrent, et les trolls vouèrent une haine éternelle à leurs trop désinvoltes vainqueurs.

Finalement, les elfes se brûlèrent aux feux arcaniques qu'ils pensaient contrôler. Leur usage imprudent de la magie finit par attirer la Légion ardente sur Azeroth. Les démons anéantirent la majeure partie de leur civilisation. L'histoire ne garde aucune trace indiquant que la Légion ait attaqué les civilisations des trolls, mais les combats ont probablement fait rage sur tout le continent.

À la fin de ce terrible conflit, connu de nos jours sous le nom de guerre des Anciens, le puits d'éternité implosa. L'onde de choc qui en résulta brisa l'ancienne Kalimdor en plusieurs fragments, et fit sombrer la partie centrale de l'ancien continent dans les profondeurs marines. De vastes étendues de terrain ayant autrefois appartenu aux empires des Amani et des Gurubashi se trouvent encore en surface de nos jours, respectivement dans les régions de Quel'Thalas et Strangleronce.

Un dieu sauvage

Les siècles qui suivirent la Grande fracture furent longs et difficiles pour les trolls. Avec une grande détermination, ils entreprirent de reconstruire leurs villes ravagées et de récupérer une part de leur ancienne puissance. Malgré cela, la famine et la terreur étaient le pain quotidien des royaumes brisés. Les trolls de la jungle, conduits au désespoir, cherchèrent de l'aide auprès d'anciennes forces mystiques. Bien que les deux royaumes des trolls aient partagé une croyance commune dans un grand panthéon de dieux primitifs, seuls les Gurubashi tombèrent sous l'influence du plus sombre d'entre eux.

Hakkar, l'Écorcheur d'âmes, répondit à l'appel des trolls de la jungle. Il confia aux trolls les secrets du sang et les aida à développer leur influence sur presque toute la vallée de Strangleronce et certaines îles des mers du Sud. Le dieu assoiffé de sang apporta à ses fidèles une grande puissance, mais il exigea en retour qu'on lui sacrifie des âmes.

Ses exigences ne cessaient de croître, et il en vint à ne plus supporter ses prêtres les plus loyaux, les Hakkari. Il leur demanda de trouver un moyen de l'invoquer sous sa forme physique, pour qu'il puisse se repaître directement du sang de ses victimes. Sa faim était si immense qu'il rêvait de dévorer la vie de toutes les créatures mortelles. La plupart des Hakkari avaient commencé à percevoir son appétit insatiable, et la perspective des dégâts qu'il pourrait provoquer et du pouvoir qu'il pourrait acquérir si on le laissait se nourrir sans contrôle les horrifiaient. Une petite faction extrémiste au sein des Hakkari, les Atal'ai, décida malgré tout d'accéder aux exigences d'Hakkar.

Guerre civile chez les trolls de la jungle

Les autres trolls de la jungle, dont les Hakkari, se révoltèrent ouvertement contre le dieu cruel avant que les Atal'ai aient pu achever leur invocation. Même la tribu Zandalar prit part au conflit, car ses membres avaient compris qu'Hakkar constituait un danger mortel pour l'ensemble du monde. La magie déchaînée ravagea tout Zul'Gurub, mais au moment où la bataille semblait sans espoir, les trolls réussirent à détruire l'avatar d'Hakkar. Chassés de la jungle, les Atal'ai furent traqués jusqu'à ce qu'ils aient presque tous disparu. Seul un petit groupe parvint à s'enfuir jusqu'au marais des Chagrins, où ils bâtirent en secret un grand temple dédié à leur dieu : le temple d'Atal'Hakkar.

Comme ils avaient aidé à combattre les fanatiques Atal'ai, les Hakkari espéraient que leur rôle passé de sacrificateurs resterait impuni. Ils durent vite déchanter. Une fois la menace immédiate des Atal'ai écartée, les trolls de la jungle se retournèrent contre les Hakkari. Nombre d'anciens prêtres furent torturés et exécutés au cours de macabres spectacles publics. D'autres furent écartelés par des foules hystériques. Les plus chanceux furent dépouillés de tous leurs biens et chassés de Zul'Gurub, où ils ne devaient plus jamais paraître sous peine de mort.

Entre amertume et désespoir, les Hakkari survivants prirent une terrible décision. Ils partirent à la recherche de leurs anciens ennemis, les Atal'ai, et leur proposèrent de les aider à invoquer Hakkar sur le monde. Au vu des souffrances que les Hakkari avaient visiblement endurées, les Atal'ai furent convaincus de la sincérité de leurs intentions, et ils les accueillirent au sein du temple. Les Atal'ai et les Hakkari y poursuivirent l'ouvrage de leur dieu, préparant son arrivée dans le monde physique. L'Aspect dragon vert, Ysera la Rêveuse, eut bientôt connaissance des projets de ces prêtres maléfiques, et elle engloutit le temple dans les marais. Aujourd'hui encore, les ruines du temple sont gardées par de puissants dragons verts.

Les divers vestiges de l'empire Gurubashi évoluèrent séparément, s'attribuant des territoires dans les vastes jungles de la vallée de Strangleronce. Ces tribus éparpillées se mirent à s'affronter entre elles, et à la longue, la tribu Sombrelance, l'une des moins nombreuses, fut entièrement chassée de la terre ferme et s'aventura sur l'océan. Espérant échapper enfin aux conflits, les Sombrelance s'installèrent sur une lointaine île déserte.

Une paix fragile finit par s'installer sur les ruines de l'empire. Malgré tout, les trolls parlent encore d'une prophétie racontant qu'un jour Hakkar renaîtrait dans le monde, et que ce jour venu, il le dévorerait tout entier.

La défaite de l'empire Amani

La guerre des Anciens et la Fracture furent deux conséquences de l'abus de magie arcanique par les elfes de la nuit. Malgré cela, les Biens-nés, la plus haute caste des elfes de la nuit, refusaient d'abandonner l'Arcane. Cela leur valut d'être exilés de Kalimdor. Ils lancèrent leurs navires sur l'océan et débarquèrent en Lordaeron. Ces bannis changèrent de nom pour devenir les hauts-elfes.

S'avançant de plus en plus loin à l'intérieur des terres, les hauts-elfes entrèrent en conflit avec les trolls des forêts qui contrôlaient l'essentiel du nord du Lordaeron. Les elfes épuisés finirent par atteindre une région forestière qui leur rappelait leur lointain foyer en Kalimdor. Ils en chassèrent les trolls et y établirent le royaume de Quel'Thalas.

Les magi elfes érigèrent des pierres runiques monolithiques le long de la frontière de Quel'Thalas. Ces immenses pierres alimentaient un bouclier magique destiné à dissimuler la magie des elfes aux yeux des menaces extra-dimensionnelles, et protégeaient le pays des invasions. Elles servirent aussi à tenir les trolls superstitieux à distance pendant un temps.

La paix durement gagnée de Quel'Thalas dura presque quatre mille ans, jusqu'au jour où les trolls des forêts se rassemblèrent et organisèrent une furieuse campagne dont le but était de détruire les intrus une bonne fois pour toutes. Les hauts-elfes étaient si inférieurs en nombre que leur situation était sans espoir. Le roi Anasterian Haut-soleil de Quel'Thalas chercha désespérément des alliés pour le soutenir dans la guerre, et c'est ainsi que fut fondé un partenariat avec la nation humaine d'Arathor. Les elfes apprirent l'usage de la magie à un petit nombre d'humains. Avec l'appui de ces nouveaux magi et des armées d'Arathor, les elfes parvinrent à détruire le centre du pouvoir troll. L'empire Amani ne se releva jamais complètement de cette défaite.

Les trolls des forêts et la première Horde

Au début de la Deuxième guerre, les elfes isolationnistes ne s'intéressaient pas aux aléas des combats et ne fournissaient qu'une aide symbolique à l'Alliance de Lordaeron. Puis le chef de guerre Orgrim Marteau-du-destin proposa aux trolls des forêts de se joindre à la Horde. Pour les gagner à sa cause, il leur promit que la Horde vaincrait les hauts-elfes et les aiderait à rétablir l'empire Amani.

Le chef des trolls des forêts, Zul'jin, commença par décliner cette offre tentante. Ce fameux héros de la tribu Amani avait accompli l'incroyable prouesse d'unir tous les trolls des forêts sous son autorité. Mais les trolls des forêts en avaient surtout après les hauts-elfes, et Zul'jin restait sceptique quant aux projets de la Horde. Un peu plus tard, des soldats humains capturèrent une troupe de guerriers dirigée par Zul'jin. Quand la Horde vint délivrer les trolls, Zul'jin changea d'avis et accepta l'alliance qu'elle proposait. Quelques tribus de trolls des forêts vinrent rejoindre leur nouvel allié sur les champs de bataille. Peu après, la Horde incendia les marches de Quel'Thalas et massacra de très nombreux civils hauts-elfes. Outrés par ces tueries aveugles, les elfes mirent ensuite toutes leurs ressources au service de la guerre.

La Horde fut repoussée, mais les orcs et leurs alliés eurent le temps d'atteindre leurs véritables objectifs : voler et profaner plusieurs des pierres runiques qui protégeaient le bouclier défensif des elfes. Gul'dan le démoniste s'en servit pour alimenter ses redoutables autels des tempêtes.

Quoi qu'il en soit, l'Alliance gagna la Deuxième guerre. Après de nombreuses batailles, la plupart des orcs vaincus qui se trouvaient en Azeroth furent parqués dans des camps d'internement. Rendus furieux par ce désastre et par l'incapacité de la Horde à tenir ses promesses, la plupart des trolls des forêts désertèrent, abandonnant sans hésiter leurs alliés orcs. De nos jours, les Vengebroches sont la seule tribu de trolls des forêts qui soit encore affiliée à la Horde, mais ses relations avec elle sont du même ordre que celles des nains Marteaux-hardis avec l'Alliance – une association sans participation.

La Deuxième guerre est finie depuis des années, mais deux clans orcs, les Rochenoires et les Gueules-de-dragon, n'ont pas renoncé à vaincre les humains, et deux tribus de trolls des forêts sont restées à leurs côtés. Les étrangers parlent de ce groupe comme de la Horde noire. Il est dirigé par l'orc Rend Main-noire, qui s'est autoproclamé chef de guerre. Forte d'environ cinq mille combattants, la Horde noire se considère comme la véritable Horde. Pour elle, Thrall et les siens sont à la fois faibles et pleins d'illusions. Les forces de Rend occupent le pic Rochenoire, et se sont alliées au vol draconique noir.


Dernière édition par Busteriem le Lun 6 Avr - 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Busteriem



Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: [ Histoire ] Les Trolls.   Lun 6 Avr - 22:08

Reconstruire la Horde

Avant le début de la Troisième guerre, le vaillant orc Thrall se libéra de l'esclavage et entreprit de réunir une nouvelle Horde. Cette Horde ne conclurait pas de pacte avec les démons, et Thrall et ses fidèles étaient décidés à ne pas chercher le conflit avec les humains. Poussé par un prophète, Thrall mena une Horde régénérée vers Kalimdor, de l'autre côté de la mer.

Au cours de ce périlleux voyage, une violente tempête endommagea la flotte des orcs. Craignant que ses navires n'arrivent pas en Kalimdor, Thrall ordonna à la Horde de s'abriter dans la crique d'une petite île. Sen'jin, le vénérable chef des trolls Sombrelances, l'y accueillit, et avertit les orcs qu'un groupe d'humains avait établi un avant-poste sur l'île.

Hélas, les humains n'étaient pas la seule menace de l'île. Un groupe de murlocs captura Sen'jin et Thrall, ainsi que plusieurs orcs et trolls. Thrall parvint à s'évader de sa prison et à libérer une partie des prisonniers, mais le temps qu'il parvienne à la cellule de Sen'jin, le vieux sage troll avait disparu. Les murlocs l'avaient emmené pour le sacrifier à une mystérieuse sorcière des mers.

Malgré tous les efforts de Thrall, un sorcier murloc parvint à accomplir le sacrifice. Mortellement blessé, Sen'jin eut quand même le temps de révéler qu'il avait eu une vision dans laquelle Thrall menait les Sombrelances dans le monde extérieur.

La sorcière des mers, rendue furieuse par la mort de ses séides et la profanation de son sanctuaire, invoqua de puissantes vagues pour balayer l'île. Elles n'empêchèrent pas Thrall et ses forces de vaincre de nouveaux attaquants murlocs, de réparer la flotte endommagée, et de sauver de nombreux survivants trolls.

En mémoire de Sen'jin, Thrall offrit une place dans la Horde aux Sombrelances, ainsi qu'un abri dans le royaume qu'il comptait établir en Kalimdor. Vol'jin, fils de Sen'jin, prit le contrôle de la tribu et accepta l'offre de Thrall. Après le départ des orcs, de nombreux Sombrelances embarquèrent pour Kalimdor. Vol'jin et le reste de la tribu supportèrent la colère de la sorcière des mers, embarquèrent toutes les réserves dont ils pouvaient disposer, et rejoignirent les leurs dans la nouvelle nation orque de Durotar, près d'un an après sa fondation. Ils s'établirent dans les îles de l'Écho, au large de la côte sud-est.

Les souffrances de la tribu Sombrelance

Pour les Sombrelances, la paix ne dura pas longtemps. Après la Troisième guerre, le grand amiral Daelin Portvaillant conduisit une importante flotte de vaisseaux de guerre contre les forces de Thrall en Durotar. Portvaillant refusait d'admettre que cette nouvelle Horde était différente de l'ancienne Horde corrompue de la Première guerre. Attaqués, les trolls furent forcés de se replier sur le continent, en Durotar, mais la Horde parvint à vaincre l'amiral.

Grandement soulagés, les Sombrelances revinrent sur les îles de l'Écho… pour y être trahis par l'un des leurs. Un sorcier-docteur du nom de Zalazane employa la magie noire pour priver plusieurs trolls de leur libre arbitre, le forçant à lui obéir. Son influence s'étendit, son armée grandit, et le nombre de Sombrelances libres diminua. Vol'jin finit par ordonner à la tribu d'abandonner les îles de l'Écho, de peur de voir la totalité de son peuple tomber aux mains de Zalazane.

Les trolls Sombrelances encore libres quittèrent les îles et bâtirent le village de pêcheurs de Sen'jin, sur la côte de Durotar, juste au nord-ouest des îles de l'Écho. Certains Sombrelances y sont restés. D'autres s'aventurent dans le vaste monde. Quant à Vol'jin, il s'est installé à Orgrimmar, la capitale de Durotar. La ville est encore peuplée en majorité d'orcs, mais les trolls y sont nombreux, notamment dans la Vallée des Esprits.

Les Sombrelances et leurs alliés attaquent souvent les possessions de Zalazane sur les îles de l'Écho. Ils veulent reconquérir la première demeure des trolls en Kalimdor. Mais Zalazane n'a pas renoncé à ses efforts pour réduire toute la tribu en esclavage. Il continue à envoyer ses trolls sur le continent pour faire tomber d'autres Sombrelances sous son joug.

Parmi les darkspears, deux philosophies font jeu égal.

Vivre dans le futur.

Les darkspears ( sombrelances ) qui étaient présent lorsque Thrall sauva leur tribu ont un grand respect pour le leader orc. La spiritualité et la force de Thrall les intriguèrent, et ces trolls décidèrent que ses enseignements méritaient leur attention.
Ces trolls voient dans le chamanisme une manière d’améliorer leur race. Ils ont choisi de vivre tourné vers l’avenir. Ils sont heureux de cette alliance avec la Horde et soutiennent leurs nouveaux alliés avec ferveurs.
Les trollesses ne tiennent habituellement pas de place dans la société troll. Les males les considèrent le plus souvent uniquement comme des compagnes, rien d’autre – bien qu’ils honorent les femelle qui prouvent leur valeur a la guerre. Les taurens (et les orcs, depuis un récent décret de Thrall) considèrent leur femelles comme plus que des compagnes, et leur permettent de s’élever vers de haute fonction du pouvoir. Les femelles darkspears trouvent ce concept intéressant et beaucoup se tourne vers l’avenir car elles ont l’impression que cela leur ouvrira bien plus d’opportunités que la culture troll traditionnelle.
Faire un choix et mettre en œuvre ce choix sont deux chose différent. Les darkspears qui essayent de vivre dans le futur luttent pour réconcilier leurs anciennes habitudes avec leurs nouvelles voies. Certain se rapproche plus que d’autre de cet objectif, mais ce qui marque ces trolls et leur volonté d’essayer.
Les trolls tournés vers l’avenir suivent les voies de druide, chaman ou sorcier docteur.

La fin justifie les moyens.

Les darkspears étaient dans de graves difficultés et à ce moment la Thrall les a sauvé. La tribu a montré sa loyauté a Thrall et on rejoint la Horde mais certain se cramponnent encore au vieilles traditions. Ils pensent leur culture structurée et plus élaborée mais savent que la Horde n’approuve pas.
Ces trolls on décidé que la fin justifie les moyen. Ils maintiennent en façade d’embrasser le chamanisme mais d’un autre coté ils pratiquent leur traditions vaudou en secret, ou mélangent les deux dans un étrange amalgame.
Les darkspears qui ne se sont pas entièrement débarrassé de leur vaudou ne se voient pas comme trahissant leur alliés de la Horde. Ils servent Thrall avec une loyauté sans faille mais restent pragmatique. Si la Horde échoue, les trolls pourront compter sur leur foi ancestrale.

Les trolls pour qui la fin justifie les moyens favorisent la classe de sorcier-docteur en évitant soigneusement les plus sombre aspects (du moins quand les autres races regardent.)


Dernière édition par Busteriem le Lun 6 Avr - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Busteriem



Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: [ Histoire ] Les Trolls.   Lun 6 Avr - 22:09

Ca risque être bien long, alors je vais pas tout réservé ne espérant juste que les gens ne répondent pas avant la fin .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tir



Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 28/03/2009

MessageSujet: Re: [ Histoire ] Les Trolls.   Dim 19 Avr - 6:04

et pour ceux qui n'aiment pas lire, je propose cet hymne troll qui correspond tout à fait a ce que nous sommes

chants trolls powa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Histoire ] Les Trolls.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Histoire ] Les Trolls.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» L''histoire de la baguette Rhon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rp-Horde Kirin Tor :: Aide aux nouveaux rôlistes-
Sauter vers: