Rp-Horde Kirin Tor

Vivez et partagez les aventures de la Horde du serveur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le procès de Firiel Calaheraë - le récit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Ven 22 Oct - 1:14

[Je vous retranscris ici le procès de Firiel qui est une lecture intéressante à faire si la campagne associée vous intéresse ! Il a été légèrement relu depuis sa version originale disponible sur le site des Fils de Quel'thalas. Je ne vais pas republier tout ce qui a déjà été fait d'un coup histoire de continuer la correction, ça arrivera tranquillement. Les événements racontés dans ce chapitre remontent a facilement 2 ans, rp aussi !]

Ouverture
"Le comble de l'injustice, dit Platon, c'est de paraître juste quand on ne l'est pas." - Plutarque, L'Ami véritable

Une foule massive s’était agglutinée au sud du bazar. De l’homme du peuple amusé de voir l’opprobre jetée sur les grands à l’aristocrate impatient de constater la chute d’une famille concurrente, nombreux étaient ceux venus assister à la cour suprême extraordinaire convoquée pour le procès en haute trahison de la duchesse Firiel Calaheraë. Bien entendu, entre les curieux et les adeptes du pamphlet, on en trouvait aussi d’autres, venus soutenir celle qui était pour eux une sœur, une amie, une personne digne de respect voir même une héroïne.

L’imposant général Dawngold présidait la séance. Ce militaire compétent avait grimpé les échelons à toute vitesse alors que les officiers supérieurs tombaient comme des mouches pendant le sac de Lunargent. Respecté pour son rôle dans la réorganisation de l’armée dans les mois suivant la débâcle, il était aussi compétent que roturier. Certainement un nouveau signe du Triumvirat pour indiquer qu’il ne laisserait en aucun cas la haute noblesse de Firiel Calaheraë la sauver de son jugement.

« C’est à n’y rien comprendre… Dawngold a travaillé avec Firiel lorsque les Vétérans ont aidé à former la nouvelle génération de combattants Sin’doreis… Comment a-t-il pu accepter de se commettre dans cette parodie de justice ? » chuchota Sérindë à Kaltezar.

Juge et assesseurs étaient militaires afin de rappeler que ce procès avait aussi valeur de cour martiale, mais les responsables avaient fait en sorte que cette affaire ait un retentissement autrement plus important. Magisters, aristocrates soigneusement sélectionnés, bourgeois influents, chevaliers de sang et même quelques prêtres pour satisfaire tout le monde, formaient la cour. Une mise en scène bien orchestrée qui ne trompait que les plus niais et les moins éveillés. La majorité écrasante de cette assemblée n’était ici que pour assister à un grand spectacle exceptionnel et gratuit.
Le Soleil était au plus haut dans le ciel, la pièce de théâtre pouvait commencer…

« Au nom du très sage et très honorable Triumvirat et avec le Soleil et les représentants du peuple Sin’dorei pour témoins, je déclare la cour suprême ouverte ! Cette noble assemblée se réunit aujourd’hui et se réunira autant de jours que nécessaires pour établir ou non la véracité des accusations portées contre la Duchesse Firiel Calaheraë. Que Justice soit faite pour la grandeur du Quel’thalas. Anar’alah Belore », déclara solennellement le général alors que la célèbre maxime elfique était reprise par la foule. « Procureur d’état Selune Sunkeeper, la parole est à vous. »

Les aristocrates ne manquèrent pas de remarquer que la marquise Sunkeeper ne fut pas appelée par son titre de noblesse. D’autres furent surpris de voir une magister avoir en charge l’accusation. Elle n’était pas la plus populaire, en revanche elle était un esprit vif et acéré, une adversaire redoutable face au vague avocat de la défense, attitré d’office, pratiquement inconnu et sans charisme.

« M. le Juge, noble cour et noble assemblée… », commença Selune, ménageant ses effets. Elle était une femme dure, hautaine et relativement effrayante, en somme un procureur parfait. « C’est comme vous tous avec beaucoup d’émotion que j’appris les crimes de la duchesse mais ceci n’est rien en comparaison de ce que je devais découvrir en constituant mon dossier. Alors que je vous parle, c’est un sentiment de dégoût et de révolte qui règne en moi devant les exactions commises par l’accusée. »
Quelques chuchotements dans la foule… Une foule bien hétéroclite, bien qu’elle fût principalement constituée d’Elfes. Des étrangers venus de loin assistaient au procès. Certains n’étaient que de passage, d’autres venus spécialement pour, comme ces reporters gobelins envoyés par les tabloïds d’Undermine s’arrachant les nouvelles people de Lunargent. Ils possédaient un remarquable gnomaroïde planqué avec beaucoup de talent dans une caisse munie d’un trou pour l’objectif.

« Pouvez-nous rappeler les faits magister ? »
« Bien entendu, monsieur le juge. Depuis déjà plusieurs mois, l’accusée refuse obstinément de suivre les ordres. A la tête de ses ‘vétérans d’Hyjal’ qu’elle déploie en dépit des instructions, elle se permet de choisir ses alliés elle-même et n’accorde pas le moindre respect à sa hiérarchie. Le chevalier-champion Greensteel, au vue des nombreux rapports transmis à sa connaissance, a convoqué le chevalier-capitaine Calaheraë pour la rappeler à son devoir. Elle fit preuve d’insubordination une fois de trop et fut mise aux arrêts. C’est alors que nous avons découvert que derrière ce qui semblait n’être qu’un grave problème de discipline se dissimulait une toute autre réalité bien plus noire. Suite à ces découvertes, ordre a été donné aux Vétérans de se constituer prisonniers. Non seulement ils ont refusé d’obtempérer mais je peux maintenant vous affirmer qu’ils ont purement et simplement massacré les représentants de l’autorité envoyés par Lunargent pour les appréhender ! »

Une vague de murmures nerveux dans l’assemblée, l’officialisation de la rumeur agitait tout particulièrement le public. Le général réinstaura le calme en quelques mots imposés d’une voix grave et puissante. La sécurité démentiellement omniprésente n’eut pas besoin d’agir alors que le charisme du juge faisait déjà office.

« Quel peine réclame le procureur ? »
Selune Sunkeeper laissa planer un silence dramatique, faisant quelques pas avant d’enfin prendre la parole. Elle était tranchante, autoritaire, d’une assurance remarquable…
« Au vue des preuves irréfutables et des témoignages accablant que comprend le dossier de l’accusation, je réclame que la Duchesse Firiel Calaheraë soit déchue de tous ses titres de mérite et de sang puis pendue pour haute trahison ici même ! » déclama théâtralement la magister alors que la foule recommençait à s’agiter. Contente de son petit effet, la femme sévère asséna son coup final. « Je réclame de plus la déchéance de la famille Calaheraë, la privation de ses droits, la confiscation de ses biens quels qu’ils soient au profit du très haut Triumvirat. »

Explosion d’exclamations dans l’assemblée. Les nobles étaient tout particulièrement furax. Punir la famille pour les crimes de l’un de ses membres, pourquoi pas… Après tout chacun espérait récupérer un peu de la chute d’une autre maison. Mais prononcer ainsi son élimination ? Une perspective qui en effrayait plus d’un si ce cas devait faire jurisprudence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Ven 22 Oct - 21:54

Ouverture - suite

« Silence ! Je réclame l’ordre ! »
Le général Dawngold s’égosillait ramenant difficilement le calme, tout particulièrement du côté des tribunes nobles.
« La parole est à la défense. »

Le pauvre avocat de la défense n’était absolument pas qualifié pour une affaire d’un tel gabarit, peut-être n’était-il même qualifié pour aucune affaire ? Un seul coup d’œil à cette silhouette frêle et dénuée de charisme suffisait à voir comment il devait lutter pour afficher un peu de dignité.
« Ces propos diffamatoires sont outrageants. La Justice est du côté de la Duchesse Calaheraë et nous le prouverons. De plus, je me permets de m’élever fortement contre les peines réclamées par le procureur d’état. C’est Firiel Calaheraë qui est sur le banc de l’accusé et non pas sa Maison. »

Même présenté avec un manque de crédibilité désespérant, cela restait un propos sensé. Malheureusement, Selune Sunkeeper était une oratrice née et parfaitement rôdée à ce petit jeu. Consciente de tenir son auditoire, elle reprit ses effets de manche en répondant d’une voix pétrie du plus profond paternalisme.
« Le droit thalassien rend la maison entière solidaire de ses membres. Si le fautif n’est répudié et pourchassé par les siens, c’est alors que la famille cautionne et elle doit être réprimandée tout aussi sévèrement. »

Firiel, quant à elle, demeurait impassible et inexpressive. Cela avait le don de mettre sa sœur en boule. Avait-elle déjà abandonné ?

« Firiel Calaheraë étant chef de maison, aucune décision ne peut être prise par sa famille quant à son devenir. Cette loi est donc nulle et non avenue dans le cas présent. »
Selune esquissa un sourire carnassier… Sérindë sentait venir la suite, l’avocat venait de faire une erreur énorme.
« Vous avez raison. Je demande donc l’autorisation à cette noble cour de poser cette simple et unique question à la sœur et au frère de l’accusée : Sérindë et Loendryl Calaheraë, reniez-vous votre sœur et soutiendrez-vous pleinement la décision de la Cour Suprême quelle qu’elle soit ? Dites oui et je reverrais à la baisse mes demandes », invectiva la procureur.

Le juge hochait de la tête en signe d’acceptation quand, à la surprise générale, Firiel sorti de son état léthargique pour protester avec véhémence.
« Laissez mon frère et ma sœur en dehors de cela ! Votre question est orientée, vous intimidez des témoins et… »
« Silence ! », vociféra Dawngold, « Respectez les règles de cette cour, accusée ! »
« Les règles ?! Vous tentez d’élargir votre accusation à des témoins et des spectateurs ! Quel genre de procès est-ce là ?! »
« Silence j’ai dit ! Ou je mets fin à cette séance dont aucun contenu ne sera désormais plus discutable ! »

La marquise Sunkeeper leva une main apaisante en approchant de Firiel.
« Si vous m’y autorisez votre honneur… Duchesse Firiel Calaheraë, les lois sont de mon côté, je pourrais très bien refuser de revoir mes demandes mais, pourtant, j’offre à vos proches la possibilité de sauver votre héritage. Il me semble bien injuste que de me reprocher de m’adonner à l’intimidation ici. Ne pensez-vous pas que votre sœur et votre frère ont le droit d’exprimer eux-mêmes leur position ? »

Dans la foule s’élevaient quelques : « oui ! Laissez les parler ! », « que la sœur s’exprime ! », que le juge s’empressa de faire taire de sa voix tonitruante. Firiel serra les dents et adressa à Sérindë un regard suppliant dans un dernier espoir, certainement vain, de la voir choisir de sauver la famille.

La rousse était bien consciente des attentes de sa sœur mais alors que tous les yeux se tournaient vers elle, rien n’aurait pu la faire renoncer. Loendryl était déjà parti mais elle savait parfaitement ce qu’il aurait dit, en des termes surement bien plus virulents. Elle parla d’une voix forte, posée, appuyant chacun de ses mots.

« Ma sœur est innocente. Jamais je ne la renierais. Et notre frère dirait exactement la même chose. »
Firiel ferma les yeux en soupirant. Sa tête s’affaissa légèrement.
« J’invite donc cette noble assemblée à noter le choix des Calaheraë. »
Selune remportait une manche de plus. Désormais, toute la famille était indirectement sur le banc des accusés.

"Et c'est pourquoi ceux qui sont experts dans l'art militaire font venir l'ennemi sur le champ de bataille et ne s'y laissent pas amener par lui." - Sun Tzu, l'Art de la Guerre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Sam 23 Oct - 15:47

[Les deux premiers paragraphes ont été sauvagement arrachés à un poste de Kaltezar et ajouté à ce passage ! Démarche indispensable sinon il y aurait un trou dans la scène Wink ]

Ouverture – fin :

Le "vieux" Kaltezar attendit la fin du mouvement de passe-passe et se réconforta de voir Selune se croire totalement victorieuse. En réalité, il s'agissait d'une égalité. Il était grand temps de mettre fin au premier acte. Le rideau devait se refermer et s'ouvrir sur une scène au décor changé. Il se pencha à l'oreille de Sérindë.
« Profitez-en, le petit jeu de Selune l'a amenée à rendre le procès sous une optique différente. Puisque ce n'est plus Firiel mais l'ensemble de votre famille qui est sous le joug du jugement, il me paraît normal de demander immédiatement un ajournement pour revoir la défense à mettre en place dans cas. Dawngold ne pourra pas le refuser. »

« J’imagine que ça vaut le coup d’essayer, en espérant que ce n’est pas un nouveau piège », répondit Sérindë au Légat avant de se pencher pour chuchoter à l’avocat. Celui-ci se leva.
« Votre honneur, étant donné l’évolution qui vient de se produire, je réclame un ajournement afin de préparer ma défense. »
Sunkeeper était sur la brèche, ne se démontant pas une seconde, elle contrait déjà :
« Monsieur le juge, il n’y ici aucune matière à ajourner la séance. »
« L’ensemble de la famille Calaheraë est désormais touchée par la peine réclamée. Cela justifie amplement ma demande. »

« Bien au contraire, Firiel Calaheraë reste seule sur le banc de l’accusation. Le fait que sa peine peut se répercuter sur l’ensemble de sa maison est un point du droit thalassien que je me suis permis de rappeler à cette noble assemblée. L’incompétence de la défense n’est en aucun cas une raison viable pour un ajournement. »

Le juge fit une moue pensive et tourna les yeux vers l’avocat.
« Le procureur Sunkeeper a raison, les termes du procès n’ont pas été modifiés ici. Néanmoins, la peine réclamée par l’accusation est en effet extrêmement dure et inhabituelle, je suis prêt à accorder à la défense sa réclamation. Mais, l’ajournement ne prendra effet qu’une fois l’affaire entièrement posée. J’autorise donc le procureur d’état à appeler son premier témoin et uniquement celui-ci. »

Succès en demi-teinte pour la défense, Selune n’en semblait pas plus effarouchée que cela. Restait à espérer que ce premier témoin ne les prendrait pas de court. Il n’était autre que le chevalier-champion Greensteel, le responsable de l’arrestation de Firiel. Celui-ci avait toujours semblé parfaitement neutre et consciencieux, il ne pourrait à priori témoigner que d’un manque de discipline.

Ce fut d’ailleurs le témoignage attendu. Le militaire était une officier de salon, il ne devait pas ses promotions à ses faits d’armes mais à son sérieux extrême et à son caractère incorruptible. Un gratte-papier disposant de nombreuses habilitations, chargé de vérifier que tout le monde filait droit. Découvrant les nombreux rapports de plaintes concernant Firiel, il l’avait convoquée à Lunargent pour la rappeler à l’ordre. Trois choses l’avaient inquiété : refus de travailler avec les Warsong, refus de travailler avec la Lame d’Ebène et sa propension à déplacer ses troupes en dépit ou à l’encontre des ordres. Les Vétérans d’Hyjal étaient par exemple stationnés à Zul’drak malgré l’ordre donné de tenir la position à la Couronne de Glace.

« Le Chevalier-capitaine Calaheraë n’a pas été très compréhensive. Elle a commencé à insulter nos compétences stratégiques et le choix de nos alliés dans des termes relativement peu élogieux. Connaissant la réputation et le caractère sulfureux du Chevalier-capitaine, j’étais prêt à ne pas m’en offusquer plus que cela. Je lui ai rappelé qu’elle était toujours affiliée à l’armée du Quel’thalas et que l’autonomie large dont elle avait bénéficié dans les périodes de trouble n’avait plus lieu d’être. »
« Qu’a-t-elle répondu à cela chevalier-champion Greensteel ? »
« Elle a demandé à ce qu’on officialise cette autonomie au nom de l’efficacité de ses méthodes. »
« Ces méthodes sont-elles efficaces ? » intervint l’avocat de la défense.
« Elles le sont indubitablement mais la direction de notre armée ne le voit pas de cette œil et c’est tout ce qu’il y a de plus logique. Si nous autorisions le chevalier-capitaine Calaheraë à faire comme elle l’entend, nous ouvririons la route vers le chaos. »

« Les Vétérans d’Hyjal sont uniques et respectés, tout le monde comprendrait qu’ils reçoivent une dérogation exceptionnelle… »
« Votre honneur, l’avocat de la défense détourne l’objet du témoignage et s’adonne à des suppositions et des généralisations », objecta Selune.
Le juge toisa une nouvelle fois l’avocat d’un regard autoritaire : « La légitimité ou l’absence de légitimité de l’accusée ne justifierait en aucun cas les manquements dont elle est accusée. Cette cour a vocation à établir s’ils ont eu lieu ou non, pas s’ils sont acceptables ou non. Veuillez adapter vos questions en conséquence la prochaine fois.»
La défense ne trouva rien à répondre. Sérindë soupira devant le manque de réactivité et de reparti de celui qui représentait Firiel.

« Une dernière chose votre honneur », réclama Sunkeeper, « Chevalier-champion Greensteel, pourquoi avoir mis aux arrêts Firiel Calaheraë ? »
« Ses insubordinations ont dépassé les limites et j’ai pensé qu’elle devait en subir les conséquences. Je n’avais pas présagé des accusations de haute trahison qui ont suivi. A titre personnel, je ne pense pas que le chevalier-capitaine, malgré son indiscipline, puisse souhaiter trahir son peuple. »
« Nous verrons ce qu’en pensera cette cour. Néanmoins chevalier-champion, vous qui connaissez parfaitement le règlement de l’armée de Lunargent. Un officier ne répondant plus aux ordres, dont les troupes ne sont plus localisables par les voies normales… à quoi s’assimile ce comportement ? »

« Votre honneur, on tente d’influencer le témoin et de l’inciter aux suppositions ! »
« C’est un jeu auquel vous avez joué, en ce qui me concerne je ne demande au témoin que des faits et de mentionner le règlement de son administration », contra aussitôt Selune dont l’intervention fut accueilli d’un signe de tête approbateur du juge, autorisant donc le témoin à répondre.
« Cela s’apparente à un acte de désertion ou de mutinerie. »
« Je n’ai plus de questions votre honneur. »

La défense ne trouva rien de plus à ajouter non plus. Le général Dawngold ajourna la séance. Tout cela s’annonçait bien mal.

"Ah, comme notre jugement sur les actes diffère suivant ceux qui les accomplissent !" - Pline le Jeune, Le Temps à soi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Sam 6 Nov - 15:01

Acte I, Partie 1

La nouvelle journée de procès avait démarré dans une ambiance lourde et inquiétante. Le stress était fort pour l’accusée et ses proches. Le ton avait été clairement donnée : le sort de Firiel était déjà réglé et celui des Calaheraë avec. La cour était déjà acquise à ce verdict mais au cas où la défense devait, bien improbablement, développer des trésors d’ingéniosités pour sauver la duchesse, on avait de plus mis à l’accusation une pro.

L’assemblé ne désemplissait jamais bien que tout ceci ressembla de plus en plus à un procès fleuve. Les séances se suivaient et souvent se ressemblaient. Sunkeeper abattait ses cartes lentement, très lentement et se contentait d’émietter progressivement l’image de Firiel et de la famille Calaheraë à grand renfort d’innombrables témoignages plus ou moins à propos mais rarement remis en question que ce soit par le juge ou la défense.

Seule une partie de la noblesse et une partie de la caste militaire semblaient se rallier, bien timidement, à la cause de la duchesse. Qui pouvait bien faire quoi que ce soit ? Ces militaires, il suffirait d’un chuchotement dans la hiérarchie pour les faire affecter sur les pires fronts. Et ces nobles… ils n’étaient ni si nombreux, ni si puissant, ni si influent, ni si rien du tout… Certains commençaient à comprendre que ce procès était aussi l’occasion de leur faire comprendre que Lunargent n’était plus dirigée par la noblesse, que l’ère du Conseil d’Argent était révolue.

Sérindë faisait bonne figure, restant dressée et fière, mais elle était profondément abattue. Pourquoi fallait-il qu’on ait choisi de sacrifier sa sœur ? Bien entendu, elle connaissait la réponse et c’était un choix politique tout ce qu’il y avait de plus rusé… Elle serra les dents en regardant le juge, le général Dawngold… Celui-ci ne devrait-il pas se préoccuper plus de stratégie que de politique ? Il savait forcément que Firiel et ses Vétérans étaient un atout énorme pour les troupes de Quel’thalas stationnées en Northrend… Peut-être un atout trop énorme ? Avait-il peur qu’elle lui fasse de l’ombre ?

La jeune généralissime contemplait l’assemblée, des nausées lui venant aussi vite qu’une haine teintée de mépris. Etait-ce cela son peuple ? Cette cité à laquelle elle avait tout livré depuis son sac par le Roi Liche ? A laquelle sa sœur avait tout sacrifié ? Un panier de crabes, un foyer d’intrigants dévorés par les ambitions mesquines et futiles, un nid d’hyènes bataillant autour d’une charogne. Elle fut surprise d’être prise d’une pareille aversion pour les siens qu’elle avait tant idéalisés.

« Mademoiselle Silverwings, vous étiez en charge de la coordination des déserteurs Solfuries lors de la guerre civile qui suivi l’attaque du Prince Kael’thas sur Lunargent et son retranchement au puits de soleil. Plus particulièrement, vous fournissiez des dossiers complets sur les activités des repentis et leur profil afin que les commissions puissent juger de leur réintégration ou non dans les institutions du Quel’thalas. Vous avez constitué le dossier des Vétérans d’Hyjal et plus particulièrement celui de la Duchesse Calaheraë », commenta Selune alors qu’elle interrogeait son dernier témoin à charge en date.

« C’est bien le cas, ce dossier fut très compliqué à construire le Soleil Brisé ne m’ayant vraiment pas facilité la tâche. A l’époque, ils considéraient que la plupart des déserteurs se rendant à eux, ils en devenaient responsables pour la durée de la bataille », expliqua la jeune femme. Une Elfe plutôt mignonne, extrêmement sérieuse et visiblement coincée. Ses petites lunettes et sa robe à la coupe assez retro lui donnaient un air encore plus bureaucrate que Greensteel.

« Mais vous avez pu mener à bien votre travail ? »
« Bien entendu, comme toujours », souffla-t-elle avec un petit air satisfait. Elle était particulièrement antipathique avec son petit nez pointant toujours vers le haut, l’air de rappeler qu’elle n’était pas n’importe qui et qu’elle comptait bien regarder tout le monde de sa tour d’ivoire. « La 2ème Brigade du Rempart, plus connu sous son surnom de Vétérans d’Hyjal, n’a déserté l’armée du Prince Déchu que très tardivement. Elle s’est rendue aux troupes du Soleil Brisé lors du siège du Puits de Soleil. Il doit leur être reconnu que leur retournement en pleine bataille a favorisé la prise d’une position stratégique importante. »

La défense se demandait bien où cela allait mener, à priori le témoignage était plutôt positif pour l’instant. Quelle astuce préparait encore Sunkeeper ?

« - Voilà qui joue en leur faveur, fit remarquer l’avocat de la défense.
- Je ne serais pas aussi affirmative. La Brigade était réellement dans une situation de quitte ou double. Tout semble indiquer qu’ils ont surtout préféré choisir le camp des vainqueurs, corrigea l’experte.
- Cela peut aller de pair avec un choix idéologique et stratégique. L’accusé a attendu un moment propice pour se retourner contre Kael’thas, permettant ainsi une avancée sensible et l’ouverture d’une brèche dans les remparts ennemis », insista l’avocat.

Sunkeeper soupira en agitant la main.
« - Si vous laissiez au moins le témoin nous donner les conclusions de son rapport ? Cessez donc de chercher à la rendre confuse.
- Sauf votre respect procureur, je ne suis jamais confuse , s’empressa de trancher Silverwings, mon rapport décrivait la 2ème Brigade comme à surveiller de près. Leur retournement au cours d’une situation désespérée reste suspect. De plus, Firiel Calaheraë a été retrouvée dans un état physique critique, visiblement torturée par l’ennemi. Cela laisse envisager qu’elle n’ait pas eu d’autre choix que de trahir. Enfin, j’ai trouvé son profil psychologique instable et sa loyauté envers le Triumvirat et Quel’thalas semblant tout particulièrement contestable. J’ai donc recommandé qu’on réintègre le chevalier-capitaine et ses hommes mais en les gardant sous surveillance.

- Expliquez-nous ce qui vous a inquiétée, réclama calmement la procureur.
- La confusion fut terrible parmi les troupes Solfuries lorsque Kael’thas attaqua Lunargent et se cacha à Quel’danas. La majorité des déserteurs ont agit à ce moment, profitant d’une situation propice. Ils ont rejoint les Clairvoyants ou le Soleil Brisé à ce moment. La bataille de Quel’danas n’engrangea pratiquement que des prisonniers, les déserteurs furent rarissimes et tous le firent de toute évidence en désespoir de cause. Ceux qui ont quitté les Solfuries par choix idéologique l’ont fait avant Quel’danas. »

Vague de murmures dans la foule, ce sujet était encore particulièrement sensible à Lunargent. Silverwings était réputée pour avoir été un genre d’inquisitrice traquant les partisans de Kael’thas et les dévoilant au grand jour. Nombreux étaient ceux qui la craignaient même parmi les puissants. Elle était aussi la personne qui avait été victime du plus grand nombre de tentatives d’assassinat depuis la chute de Kael’thas, encore heureux qu’elle n’ait eu aucune famille à prendre en otage.

« - Ma conclusion était donc que Firiel Calaheraë ne souhaitait pas quitter le service de Kael’thas ou alors qu’elle ne souhaitait pas se mettre au service du Triumvirat. Quelle que soit la réponse réelle, il est certain qu’elle n’est animée d’aucune loyauté envers notre gouvernement.
- Merci mademoiselle Silverwings, je n’ai pas d’autres questions mais ne vous éloignez pas trop, nous aurons certainement besoin de vous à nouveau », conclut la procureur.

Sérindë bouillait intérieurement.
« Mais enfin vous ne dites rien ? Ce ne sont que des hypothèses, des soupçons, des estimations. Il n’y a rien de tangible et concret dans ce témoignage », chuchota-t-elle avec une agressivité certaine à l’avocat de la défense dont la tête s’enfonça entre les épaules.
« Que voulez-vous que je vous dise ? Je n’ai rien à opposer aux propos de ce témoin, pas plus qu’aux précédents, pas dans l’instant en tout cas. Vous aurez l’occasion de brosser un portrait plus sympathique de votre sœur lorsque vous témoignerez », expliqua-t-il en manquant singulièrement de détermination.

La rouquine toisa Miss Silverwings du regard. Elle était le premier vrai témoin à charge de Sunkeeper. Réputée pour être incorruptible et aussi hargneuse qu’un chien de chasse, son témoignage faisait à lui seul plus d’effet que tous les précédents réunis et indiquait probablement que la procureur se lançait dans la phase décisive de son accusation. Pourtant, l’inquisitrice n’avait en rien apporté une preuve, elle n’en avait donc pas… n’importe quel avocat de la défense compétent aurait joué de la droiture de Silverwings pour lui faire dire qu’elle n’était absolument pas en mesure d’exprimer plus que des soupçons à l’encontre de Firiel. Un bon avocat aurait même probablement pu la mener sur un raisonnement qui l’aurait obligée à admettre qu’une personne avec le profil de Firiel n’aurait pu commettre le crime dont elle était accusée.

Sérindë commençait à se demander si sa sœur était défendue par un incompétent ou par un vendu… Il ne pouvait pas laisser échapper une occasion pareille !
« Pourquoi vous ne leur dites pas ?! »

Stupeur dans l’assemblée, la jeune Elfe venait de craquer et de se lever pour interpeller Silverwings. Feignant comme toujours une parfaite indifférence, le témoin rétorqua sans même laisser le temps au juge ulcéré d’intervenir :
« - Je ne fais que mon travail, je dis la vérité.
- Oui mais vous en omettez une partie non négligeable.
- Je serais curieuse de savoir laquelle.
- Mais ça suffit enfin ! s’égosilla le juge, fou de voir la petite discussion se lancer en dépit de son autorité. Ce n’est pas un salon de thé ici ! Miss Calaheraë, veuillez vous rassoir !
- J’aimerais répondre à l’accusation monsieur le Juge, ma bonne foi ne saurait être remise en cause, réclama Silverwings.
- Elle ne l’est pas mademoiselle Silverwings, contesta Sunkeeper visiblement peu désireuse de voir l’échange se poursuivre.
- Si elle l’est, et puisque la vérité est l’objectif de cette cour, je pense que monsieur le Juge ne me contredira pas quant à la nécessité d’éclaircir les raisons du propos de Miss Sérindë Calaheraë. »

Dawngold fronça les sourcils et prit un instant pour réfléchir avant de se tourner vers la rousse.
« - Très bien, mais je ne vous autorise qu’une seule et unique question, grinça le Juge à contrecœur.
- Silverwings, vous connaissez très bien le profil de ma sœur, vous l’avez étudiée et mené une enquête très sérieuse sur son passé. Ne trouvez-vous pas cela étrange qu’elle se soit présentée à une convocation de ses supérieurs à Lunargent alors même qu’elle désertait et aurait pu demeurer cachée en Northrend où il aurait été bien difficile de venir la capturer ? interrogea Sérindë.
- C’est en effet une erreur flagrante de sa part. La raison pour laquelle elle l’a commise m’est encore inconnue mais je suis certaine que l’instruction de ce tribunal nous éclaircira. En attendant je vous concède que ce comportement ne semble pas cohérent. »

Sérindë s’assit en soupirant de ne pouvoir poursuivre plus en avant son raisonnement. La victoire était maigre mais quand même sensible. Elle avait le mérite de relancer un peu le débat. La question était maintenant de savoir qui était réellement dans son camp.


"Il n'est point de lieu où l'espionnage ne soit utilisé." - Sun Tzu, L'Art de la Guerre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Sam 6 Nov - 15:09

[Cette partie a été écrite par Kaltezar/Zaphira avec une modeste contribution de ma part]

Acte I : partie 2

D'un air impassible, le général Dawngold l'invita sur scène. Que les religieux se mêlent des affaires de l'état et de l'armée ne lui plaisait guère. Il savait cependant que le procès dont l'accusée principal était un paladin de renom ne pouvait pas laisser l'église sans réaction.

- Le clergé de Silvermoon a demandé explicitement à pouvoir s'exprimer en faveur de Firiel Calaheraë. La prêtresse Zaphira de Grapeshire portera les paroles de ce dernier.

La prêtresse s'avança d'un pas mesuré. Ses atours semblaient refléter le Soleil, la baignant d'un halo de Lumière presque surnaturel. Sa posture était droite, sa démarche assurée, rien en elle ne trahissait le moindre signe de nervosité.

Sunkeeper ne manqua pas l'occasion d'exploiter les procédures pour s'éviter le risque de voir l'église attirer la sympathie du peuple sur Firiel. Elle se leva et interpella le Juge alors que la jeune prêtresse finissait d'atteindre la scène.

- Monsieur le Juge, je me permets d'émettre une objection quant au choix du représentant du Clergé du Soleil. Dame de Grapeshire est fille du Légat Kaltezar de Grapeshire, l'un des témoins proche de la famille Calaheraë. Elle est de plus compagne de Loendryl Calaheraë, frère de l'accusée. Il se pourrait donc que ...

Selune ne termina pas sa phrase, le Juge ne pu y répondre. Zaphira venait de la couper en prenant la parole. Ses mots semblaient se former dans l'esprit des gens avant même que le son de sa voix n'atteigne leurs oreilles. Le ton tranchait dans le vif, imposant un jugement inquisitorial.

- Vous remettriez en cause la valeur du serment d'une prêtresse de l'église procureur Sunkeeper ? N'outrepassez pas les droits qui vous ont été accordés par cette cour. Vous n'êtes rien face au jugement du Soleil. Vous pourriez condamner l'accusée à mort qu'Il pourrait la sauver s'Il le souhaitait. Aujourd'hui, je m'exprime comme Sa représentante et ce sont Ses paroles que je porterai. Ma vie privée n'a pas à entrer en matière ici, pas plus que la vôtre. A moins que vous souhaitiez que je dresse à mon tour une liste de tous les gains que vous pourriez retirer à voir Firiel Calaheraë proclamée coupable ici-même ?

Le procureur repris place dans sa chaise, signifiant qu'elle levait son objection. Selune était consciente que Zaphira n'avait aucune compétence dans le jeu politique ... et pourtant sa réponse implacable l'avait surprise. Elle aurait pu exploiter les failles, dès à présent la pousser à bout et retourner ses paroles contre elle. Cependant, sa dernière phrase lui rappelait que la prêtresse avait le soutien complet d'une des plus puissantes institutions de Quel'Thalas. Risquer de trop attirer son attention sur la pièce en cours aurait été suicidaire.

L'échange aurait pu tourner au drame et apporter le chaos dans la cours, Dawngold soupira presque de soulagement qu'il n'eut pas à intervenir malgré la prise de parole hors-procédure de la prêtresse. Il n'aurait pas souhaité se trouver au milieu d'un feu croisé entre l'église et l'état. Il fit signe à la religieuse d'exprimer son message.

La voix de Zaphira était claire et limpide. La force insufflée à cette dernière, portant jusqu'aux derniers rangs du publique, avait quelque chose d'irréel compte tenu de la carrure frêle de l'actrice.

« Monsieur le juge, madame le procureur d'état, monsieur l'avocat de la défense, citoyennes et citoyens de Quel'Thalas.
Aujourd'hui, l'église du Soleil est venue rappeler l'importance que Firiel Calaheraë trouve à ses yeux et qu'elle devrait avoir à ceux du royaume. Elle est une paladin droite et vertueuse comme nous avons peine à en trouver de nos jours. Sa fidélité aux principes sacrés de la Lumière ne saurait être remise en question. Firiel s'est toujours battue pour les plus justes des causes, portant le feu sacré sur les ennemis de la Haute Demeure, purifiant le mal qui pouvait se dresser devant elle sans jamais de compromis.
Il a été question au cours du procès des états de services des Vétérans d'Hyjal à Quel'Danas. L'Eglise se permet de corriger le dossier dressé par dame Silverwing. Effectivement, les Vétérans n'ont eut la vision de la trahison du Prince que très tardivement. Ils n'ont pas su pour les événements de Silvermoon puisqu'ils étaient alors encore mobilisés à Netherstorm. Ils ont été rapatriés par portail directement vers Quel'Danas. Ainsi l'Eglise peut affirmer que les Vétérans et leur cheffe ont toujours été fidèles au gouvernement de Quel'Thalas et ont fait ce qu'ils ont eut à faire au moment opportun. Je me permets de rappeler à cette noble assemblée que l'événement du retournement des Vétérans contre les troupes de Kael'Thas ne doit pas être vu comme une trahison de Firiel contre son chef du moment, mais bien comme la trahison du Prince contre sa propre patrie et sa foi où va toute la fidélité de Firiel.
L'Eglise ne s'explique toujours pas l'acte de trahison dont les Vétérans sont accusés. Cependant, elle tient à rappeler que Firiel Calaheraë était emprisonnée à Silvermoon au moment des faits. Ainsi, elle ne peut être tenue responsable des actes de ses troupes hors de son commandement. Il a été établi précédemment que Firiel ne connaissait pas les raisons de sa convocation à Silvermoon et qu'elle n'a donc pu préméditer l'acte de trahison.
En conséquence, l'Eglise demande de retirer l'accusation de haute-trahison pour Firiel Calaheraë tant que la preuve de son implication dans le prétendu massacre des troupes de Silvermoon n'a pu être amenée. Elle demande aussi à ce que les enquêtes sur les deux affaires soient dissociées et traitées séparément puisque Firiel ne pouvait commander les Vétérans au moment des faits."

« Il faudrait l'interner celle-là, elle se croit où cette pouffiasse ? », furent les pensées de Selune à cet instant. Elle se leva précipitamment pour demander la parole qui lui fût accordée directement par Dawngold.

- Dame de Grapeshire, comment se fait-il que les éléments évoqués concernant le retournement des Vétérans ne fussent pas dans les mains de mademoiselle Silverwing ? Et comment espérez-vous prouver vos affirmations ?

- Je ne peux rien dire quant au fait que ceci ait échappé à la responsable du dossier. Pour la preuve, je ne peux qu'engager mon serment de prêtresse ayant été témoin direct des événements que je reporte car présente sur place.

Nouveau rebondissement, des murmures parcoururent l'assemblées. Pour tous les croyants, la prêtresse venait de remettre directement en cause la véracité des dossiers élaborés par les fonctionnaires sur lequel l'entier de ce procès semblait s'appuyer. Selune ne perdit pas pour autant la face et intervint avant que l'avocat ne puisse saisir l'occasion de soutenir l'apport de la prêtresse.
- Miss de Grapeshire, diriez-vous que vous êtes une personne douée d’une profonde compassion et d’une remarquable capacité à pardonner ?
- C’est un attribut que se doivent de partager tous les prêtres de la Lumière, procureur, répliqua simplement la jeune prêtresse.
- Et diriez-vous que cela vous a parfois joué de vilains tours ? Qu’il vous est arrivée des individus exploitent cette bonté naturelle qui vous caractérise ?
- Cela a pu arriver mais…
- N’étiez-vous pas de ceux qui prêchaient la rédemption pour les sunfury et même pour le Prince Déchu ? Celui-là même qui déposséda le clergé de ses droits ? Qui tenta de livrer notre peuple à la Légion Ardente en exploitant certaines des figures religieuses les plus chères à vous yeux tel que le Puits de Soleil ? N’auriez-vous pas été prêtre à tout lui pardonner ?, coupa Sunkeeper sans ménagement.
- La Lumière nous enseigne la valeur du pardon. Il n’est pas de mon ressort de refuser la rédemption à qui que ce soit si le Soleil le juge digne de se voir pardonner.
- Très noble… mais pas très clairvoyant… Parlant de Clairvoyants, je crois savoir que vous êtes de ces Sin’dorei qui ont préféré soutenir l’Aldor du temps où justement ils refusaient le droit à la rédemption à notre peuple…
Pour une fois, l’avocat de la défense s’agita :
- Monsieur le juge ! Ceci est un jugement de valeur indélicat et ne concerne pas notre affaire !
- Je retire mon propos… souffla Selune en levant une main. J’en ai terminé avec la prêtresse de Grapeshire… Monsieur le juge, selon la révision du droit Thalassien datant de la mise en place de la régence sous forme de triumvirat, nous ne pouvons accorder au serment d'un prêtre du Soleil et à son témoignage le statut de preuve légale. Je crois que nous venons de voir pourquoi cette révision a été conservée.

La noblesse qui venait de voir en l'intervention de l'église un moyen de se tirer à bon compte de ce procès perdit tout espoir. Selune venait simplement de rappeler que Kael'Thas avait changé la législation pour descendre le pouvoir de l'église et accorder à la Lumière le statut "d'outil". Elle venait aussi de dresser le constat que le triumvirat n'avait légiféré que sa mise en place comme gouvernement officiel et que toutes les lois du Prince étaient autrement resté en vigueur. Le clergé avait peut être regagné son influence populaire, légalement, il ne pouvait rien faire. Selune enterra habilement le risque de soulèvement populaire.

- Cependant, j’entends bien les demandes de l'Eglise mais le Pardon n’est pas l’affaire de la Justice. La Justice ne pardonne pas, elle donne la juste punition. Si le clergé et la Lumière veulent pardonner l’âme de Firiel Calaheraë, même la peine de mort ne les en empêchera pas. Quant à la révision de l’accusation… Les preuves pour déclarer définitivement la haute trahison de Firiel n'ont pas fini de s'amasser. Je ne reviendrais pas sur les peines demandées à son encontre et présenterais le nécessaire en temps voulu.

Dawngold frappa de son marteau de juge.

- Le message du clergé a été entendu et les suites appropriées ont été données. La cours remercie la prêtresse Zaphira de Grapeshire pour son allocution et reprendra ses travaux demain matin. Dispersion de l'assemblée.

"C'est de nos vertus que nous sommes le mieux punis." - Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Sam 13 Nov - 0:06

[Ce passage du procès arrive juste après que Sérindë ait démissionné de son poste de Généralissime des Fils de Quel'thalas. Pour les "Anardils" ne les cherché pas dans wowwiki, cette caste n'existe pas dans WoW, il s'agit d'une invention d'Anariel qui était grande pretresse des Fils de Quel'thalas à ce moment. Invention sympathique néanmoins et qui a donc été bien accueillie !]

Acte I : partie 3

Aujourd’hui c’était Sérindë qui se retrouvait sur le siège du témoin. La jeune femme avait attendu ce moment avec autant d’impatience que d’appréhension. Elle allait enfin pouvoir s’exprimer mais Sunkeeper était une adversaire redoutable et la procureur avait certainement quelques tours pendables dans son sac…

La généralissime avait beaucoup travaillé son apparence et sa tenue pour ce moment, espérant afficher un peu de la dignité qu’elle avait plusieurs mois auparavant, de cacher la femme épuisée, aigrie, lasse et brisée qu’elle était. Elle avait revêtu sa tenue d’apparat, un coiffeur talentueux s’était occupé de sa chevelure rousse éclatante, un maquillage savamment dosé dissimulait ses cernes et redonnait son teint de lys à sa peau. Sérindë connaissait très bien la valeur des apparences dans la société thalassienne et savait en user.

Mais l’atour qui attira bien des regards était l’épée qu’elle portait au côté, un des rares droits de noblesse qu’on ne lui avait pas contestés. Highsworn, la lame de celle qui lui avait tout appris, Dame Eldalòte. Arme perdue, maudite, reforgée sous le nom d’Highstranded comme lame runique pour accueillir l’âme de la défunte paladin et faire d’elle une deathknight. Bien que depuis qu’elle fut retrouvée et purifiée par Synwyn, elle baigna désormais dans une aura bénie elle conservait encore son apparence d’arme maudite. Sérindë savait que cela amènerait des questions… en fait, c’est bien ce qu’elle espérait.

- Sérindë Calaheraë, vous êtes paladin, anciennement membre du conseil dirigeant les célèbres Fils de Quel’thalas et la sœur de l’accusée ici présente, commença l’avocat de la défense. Je crois savoir que vous êtes aussi ce que l’on appelait une anardil. Pourriez-vous nous rappeler de quoi il s’agit ?

Bien entendu, ceci n’était pas un secret, néanmoins la défense comptait bien enfoncer le clou sur cet élément.

- Les anardils étaient une caste de prêtres chargés de veiller sur le Puits de Soleil avant la destruction de nos terres par le Roi Liche. J’ai été initiée par la Grande Prêtresse Anariel Calaquendi quelques mois avant la restauration du Puits.
- Une initiation difficile ne pouvant se solder que par la mort sans le secours de la Lumière.
- C’est exact.
- Vous êtes pratiquement une élue.
- Je n’aurais pas la prétention de me prétendre plus touchée que tout autre paladin ou prêtre. La Lumière m’a juste donnée une responsabilité supplémentaire. Cela ne fait en rien de moi un individu plus puissant ou plus méritant qu’un autre, cela veut uniquement dire que le Soleil me juge capable de cette tâche.

Par cet échange, la défense expliquait aussi les yeux bleus de Sérindë, des yeux qui auraient pu provoquer l’hostilité dans une ère de tensions terribles vis-à-vis des Quel’dorei. Le calme et l’assurance qu’elle affichait tranchaient particulièrement avec l’attitude qu’elle avait depuis quelques temps.

- Parlez-nous de votre sœur, s’il vous plaît.
- Firiel, aussi loin que je la connaisse, à toujours été juste, honorable et animée d’une profonde dévotion envers la Lumière et son peuple. Toute sa vie, elle est partie loin de sa maison, des siens, de la sécurité confortable du Quel’thalas, pour combattre dans les guerres les plus terribles. Elle a combattu à Hyjal, elle a négocié avec Jaïna Proudmoore pour organiser une expédition vers les Royaumes du Nord alors que tout le monde pensait que ce n’était que folie, qu’il n’y avait plus que des ruines. Ici, ses Vétérans ont participé sans répits à la défense et à la reconquête de nos terres, ils ont formé des brigades entières de bleus, sans attendre ni promotion, ni gloire. Puis ils ont suivi Kael’thas du temps où il était encore un héros… jusqu’à ce jour où ils permirent une percée majeure sur Quel’danas en se retournant contre lui au bon moment. Ils participèrent à la guerre dans les maleterres, défendirent Orgrimar aux côtés de la Horde, participèrent aux débarquements de Northrend, perdirent nombre de braves guerriers à Angrathar… Tout ce temps, ma sœur les dirigea.

- De vrais héros, estima l’avocat.
- Monsieur le Juge !
La procureur était outrée par cette dernière remarque, le juge fit un signe d’assentiment.
- La défense se passera de ce genre de jugements de valeur.
- Veuillez me pardonner monsieur le juge… Dites-moi généralissime Calaheraë… Combien de brigades dans l’armée actuelle de Lunargent peuvent nous présenter un parcours aussi… bien rempli ?
- Aucune.
- Bien, j’ai terminé monsieur le Juge.

Sérindë eut du mal à ne pas écarquiller les yeux. Pourquoi l’avocat s’arrêtait-il maintenant ? Qu’est-ce qui lui prenait ? Un des aspects les plus importants de la défense n’avait pas été abordé !

- Sérindë Calaheraë… commença aussitôt Selune qui affichait comme souvent un grand sourire. Vous êtes la seconde sœur de la famille Calaheraë et sensiblement plus jeune qu’elle.
- En effet.
- Vous ne l’avez donc pas accompagnée dans toutes ces aventures…
- Non.
- Racontez-nous alors, quand avez-vous partagé la vie remarquable des Vétérans d’Hyjal ?
- Lors de leur retour à Lunargent, jusqu’à la fuite vers l’Outreterre à Dalaran. Plus récemment nous avons travaillé souvent ensemble en Northrend.

- Oh… vous voulez donc dire que toute cette incroyable histoire que vous nous contez est principalement issue… de leur propre témoignage ainsi que de celui de l’accusée ? persifla la procureur.
Cela commençait bien mal. Sunkeeper ne semblait même pas avoir de difficulté à démonter le témoignage.
- Il y a bien des témoins pour corroborer ces versions des faits.
- Des Humains, des Kal’dorei, des Quel’dorei, des Sunfury ?
- Et des Orcs, des Taurens…
- Mais bien peu de Sin’dorei… se désola Sunkeeper en secouant la tête.

- Vous savez que ceci est faux. Vous voulez que nous fassions tourner une pétition de soutien aux Vétérans dans tout le Quel’thalas pour voir combien de Sin’dorei ont pu constater leur rôle ? C’est un jeu auquel vous perdriez, grogna Sérindë.
- Il n’y a pas si longtemps, nous aurions pu faire tourner la même pétition à propos du Prince Kael’thas et il aurait été pleinement soutenu par une majorité. Ce n’est pas l’opinion publique qui fait la justice mais bien les lois et les preuves.

Dawngold tapota sur son bureau d’un air las en toisant du regard les deux femmes.
- C’est un procès ici, pas une foire d’empoigne. Merci de nous épargner ce genre de petites joutes verbales pour revenir à notre affaire.

Selune inclina la tête en signe d’excuse. Elle fit quelques pas en mettant les mains dans le dos, semblant en pleine réflexion, avant de reprendre en feignant un air désolé.

- Angratar fut un choc terrible pour la Horde et l’Alliance. Je crois savoir que les Vétérans ont énormément souffert aussi là bas. On parle de la mort de 50% de leurs effectifs… Plus de frères d’arme perdus en quelques instants qu’ils n’en perdirent en plusieurs années.

- Les Vétérans ont sacrifié énormément là bas, oui.
- Tout cela à cause d’une trahison au sein de nos propres rangs… Firiel Calaheraë était opposée à cet assaut tout comme elle était méfiante vis-à-vis des apothicaires, n’est-ce pas ? Je crois même qu’elle a déclaré qu’attaquer Angratar maintenant serait une « erreur stratégique digne d’un écuyer débile léger ».
- Ce sont ses mots… et l’avenir lui a donné raison.

- Se pourrait-il alors qu’elle ait jugé qu’elle était bien plus compétente de que tous les généraux de la Horde et ait alors décidé qu’elle n’avait aucun compte à rendre ? Ce serait tentant lorsqu’une bataille à laquelle on était farouchement opposé s’avère être le cimetière de la moitié des hommes que l’ont commande depuis si longtemps.

- Firiel est pleinement dévouée à son peuple… c’est tout ce que je peux dire. J’étais aussi présente, je sais en partie ce qu’elle a pu ressentir, mais je ne suis pas elle.

Selune fit mine de réfléchir à nouveau, puis commença à se diriger vers son siège. Sérindë fulminait intérieurement. Bien entendu, la procureur ne ferait pas l’erreur grossière d’aborder Highsworn, la perche était trop grosse. Pourquoi donc l’avocat de la défense n’avait-il pas lui-même soulevé la question ? La rousse était désormais pratiquement sûre qu’il était tout autant acquis à l’accusation que le juge.

- Si vous nous parliez de votre arme… originale pour un paladin ?

Sérindë réprima un sursaut devant cet événement absolument improbable. Pourquoi la procureur prenait-elle le risque de s’aventurer sur son terrain ? Quoi qu’il en soit, c’était là l’occasion ou jamais de redresser la barre. Sérindë conta donc le passé d’Highsworn.

- Dame Eldalòte, célèbre pour son implication dans les guerres trolls ainsi que dans les deux premières guerres contre la Horde… Ce devait être un grand honneur pour vous d’être son écuyère, constata Selune à la lumière de cette histoire.

- Oui. Mes parents ont vécu bien des aventures avec elle dans leur jeunesse.
- Et ainsi donc vous aviez perdu cette arme qu’elle vous avait léguée.
- Oui, à Dalaran… la situation était un peu chaotique. Je ne l’ai retrouvé que bien des années plus tard, en Northrend, là où son corps avait été emmené pour faire d’elle une deathknight.

- Comment cela a-t-il pu arriver… Vous l’aviez enterrée vous-même… N’avez-vous donc pas fait le nécessaire pour la protéger de ce genre de destinée ?
- J’étais seulement une écuyère procureur. J’ai commis des erreurs lors de l’accomplissement du rituel, soupira tristement Sérindë.
- Et donc cette épée a été reforgée pour devenir une lame runique… Pourquoi elle en particulier ?

La jeune généralissime comprenait de moins en moins l’intérêt de la procureur pour cette histoire, qu’est-ce qu’elle préparait cette fois ?

- Tout ceci avait été commandité par un San’lyan que nous avons découvert avoir été l’amant de Dame Eldalòte de son vivant. Il était toujours animé de sentiments pour elle et souhaitait la ramener pour ‘vivre’ auprès d’elle. Nous avons pu le vaincre, l’enterrer lui et Eldalòte selon les rituels et purifier la lame qui ne demande désormais plus qu’à être reforgée.

- C’est une très belle histoire Miss Calaheraë… si vous nous expliquiez en quoi elle est reliée à notre affaire maintenant ?

Sunkeeper croisa les bras, son ton sonnait comme un ‘pourquoi as-tu ramenée cette épée ici ?’ Etait-ce donc uniquement cela ? Selune aurait prit ce risque uniquement pas curiosité ? Peut-être bien… elle était consciente que pour l’instant elle dominait entièrement ce procès, elle pouvait se permettre de jouer.

- Firiel et les Vétérans ont eut un rôle prépondérant dans cette histoire. Sans eux, nous n’aurions pu pénétrer dans le repère du San’lyan… ni découvrir que celui-ci ne servait pas le Roi Liche mais une autre puissance. Une puissance qui semble dangereuse et capable de faire appelle aux mêmes pouvoirs que le Fléau… Puissance sur laquelle nous n’avons malheureusement pas pu continuer notre enquête à cause de ce procès.

- Qu’essayez-vous de nous dire Miss Calaheraë ?
- Que les Vétérans nous ont permis à mes hommes et moi de vaincre un dangereux san’lyan, de sauver l’âme d’une paladin et d’éviter que celle-ci ne devienne une redoutable deathknight et de découvrir la présence d’une puissance alors inconnue en Northrend… et que si vous les laissiez agir, ils nous en débarrasseraient probablement.

Le juge fit une moue désapprobatrice, clairement dérangé par ce propos… quant à Sunkeeper elle feignit la surprise doublée d’hilarité.
- Vous ne manquez vraiment pas de souffle pour venir accuser ce tribunal d’empêcher vos amis traitres d’œuvrer à leur guise.

Sérindë ne se démonta pas, la fixant de son regard bleu. Elle était consciente que c’était une attaque un peu osée mais passer à l’offensive lui semblait être le dernier recours pour ce procès.

- Quelle est votre question procureur Sunkeeper ?
- Pensez-vous que les Vétérans d’Hyjal et votre sœur sont au-dessus des lois car ils ont accompli quelques exploits ?
- Ils n’ont pas accompli ‘quelques exploits’. Ils sont des héros.
- Excusez-moi, je reformule : pensez-vous que le fait d’avoir accompli de grands exploits héroïques par le passé autorise les Vétérans d’Hyjal à déserter, trahir et massacrer les soldats de Lunargent envoyés leur demander de se constituer prisonniers ? répliqua Selune sur un ton particulièrement dur cette fois-ci.
- Ce que je pense, c’est que des héros ne commettent pas les actes dont vous accusez les Vétérans et les Vétérans sont des héros ! s’exclama Sérindë en tapant du poing.
- Le témoin calmera ses ardeurs, gronda Dawngold avec un regard réprobateur.

Sérindë soupira et régula son souffle. C’était terminé, que pourrait bien ajouté Sunkeeper ? Ce n’était pas la pleine victoire espérée mais ce n’était pas non plus un échec.

- Parlons de certitudes Miss Calaheraë… Parlez-nous de ce que les héros font ou ne font pas… Parlez-nous de la fois où vous avez visité votre sœur en Outreterre, peu de temps après la réouverture du portail…

Stupeur. Sérindë tourna les yeux vers Selune, que pouvait-elle bien savoir de cette visite ? Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Elle sentit une boule au fond de son estomac…

- Il… n’y a pas grand-chose à dire… J’ai tenté de lui faire part de mes doutes quant à Kael’thas et l’Outreterre mais elle n’a pas voulu me croire… C’est compréhensible, cela faisait des années qu’elle suivait le Prince Déchu, n’importe qui aurait eut du mal à admettre ce qu’il était devenu… Tout le monde a eut du mal à l’admettre.

- Oh mais… je crois qu’il y a bien plus à dire sur cet épisode de votre vie, insista la procureur.

La jeune Elfe perdit alors toute assurance, toute stabilité. Elle ne pouvait pas être au courant… Elle ne pouvait pas faire quelque chose d’aussi bas…

- Non… Rien…
- Pourtant je crois savoir que vous avez été capturée par des Sunfury informés de vos opinions politiques… qu’ils vous ont soumise à de nombreux sévices…
Sérindë sentit ses mains trembler, son visage se démonter.
- Comment pouvez-vous savoir cela… ?

- Dawngold ! Vous devez mettre fin à ça ! Ce n’est pas un témoignage, on cherche uniquement à tourmenter ma sœur !
Firiel venait de sortir de son apathie pour hurler avec véhémence vers le juge absolument ulcéré par cette intervention.
- Accusée ! Asseyez-vous immédiatement, vous n’avez pas le droit à la parole !
- Je prends ce droit ! Vu que mon abruti d’avocat est incapable de défendre ma sœur, quelqu’un doit le faire !
- Monsieur le Juge, l’accusée cherche juste à se protéger car elle sait que ce témoignage va fortement ébranler sa crédibilité, expliqua tout à fait calmement la procureur.
- Accusée, vous allez vous assoir ou je vous fais jeter en geôle avant la fin de cette séance et procureur posez cette question qu’on en finisse !

Sunkeeper confronta Sérindë du regard. La rousse savait ce qui allait suivre… Comment la procureur pouvait-elle savoir ? Par tout ce qui était bon et lumineux, comment était-ce possible ?

- Sunkeeper ! Ne faites pas ça…
Les mots qui sortirent de la bouche de Firiel sonnèrent comme une supplique que le juge n’eut pas le cœur de réprimander… à tel point que même Selune sembla ébranlée. Elle demeura silencieuse un moment, les yeux fixés sur ceux de la jeune femme qui attendait le moment fatidique, résignée faute de mieux…

- Sérindë Calaheraë, est-il vrai que vous avez été…

L’inexorable procureur ne termina pas sa phrase et devint silencieuse provocant l’incompréhension dans l’assistance. Une lueur d’espoir naquit en Sérindë alors qu’elle cru distinguer un éclat de compassion dans le regard de celle qui ne reculait devant rien.

- Est-il vrai que vous avez été… soumise à la question ?

Elle ne l’avait pas dit… Elle savait, elle voulait le dire, elle avait probablement basée toute son attaque et la chute de ce témoignage sur la violence de cette révélation mais elle ne l’avait pas dit… La rousse avait envie de la remercier, un sentiment tellement paradoxal.

- Je refuse de répondre…
- Est-il vrai que cet acte a été perpétré par un arcaniste répondant au nom de Whisper et s’avérant être depuis longtemps l’amant de votre sœur ?
- Je refuse de répondre…
- Est-il vrai que votre sœur, l’apprenant, ne fit rien pour vous venger et continua même à entretenir une relation amoureuse avec votre bourreau ?! martela Sunkeeper qui retournait dans son rôle de procureur impitoyable.

- Procureur Sunkeeper… averti le juge mais Sérindë répondit quand même…
- Elle… elle ne voulait pas le croire… ! Ce n’était pas sa faute ! Elle m’avait toujours connue menteuse et manipulatrice ! Elle ne pouvait pas savoir que j’avais changé !
- Dites-moi Sérindë, est-ce qu’une grande sœur, qui plus est une grande soeur ‘juste, honorable et animée d’une profonde dévotion envers la Lumière et son peuple’, ferait une chose pareille ? Est-ce que la sœur que vous croyiez connaître ferait une chose pareille ? Par le Soleil ! Mais non elle ne le ferait pas ! Jamais cela ne pourrait arriver !
- Procureur Sunkeeper ! s’exclama le juge. Ca suffit !
- …Et pourtant c’est arrivé… conclut la procureur en retournant à sa place, puis se releva pour ajouter : Oh ! J’aimerais porter à l’attention de la cour que le témoin vient aussi de confesser avoir un passé de ‘menteuse et manipulatrice’.
Il était visible que la procureur était suffisamment gênée pour avoir pratiquement oublié ce dernier détail pourtant immanquable.

Sérindë avait les yeux fermés et ne parlait plus. L’épreuve avait été pénible, très pénible. Bien que Sunkeeper n’ait pas été au bout, la jeune femme ne pouvait que repenser à ces souvenirs horribles qui avaient failli être étalés aux yeux de tous.

Firiel avait les poings serrés… La rage se lisait sur son visage mais elle ne commit pas l’irréparable et se contrôla… Sans le savoir, ou peut-être l’avait-elle compris, la procureur s’était épargnée de violentes représailles. La commandante des Vétérans était encore abasourdie d’avoir entendu l’accusation se restreindre… mais pas assez pour oublier la priorité du moment.

- Monsieur le Juge, je voudrais changer d’avocat, demanda-t-elle avec une politesse surprenante.
- Accordé, vous avez quatre jours. La séance est levée, proclama Dawngold qui semblait tout aussi mal à l’aise. Procureur Sunkeeper, j’aimerais vous parler.

Alors que Sérindë rejoignait sa sœur pour partager une courte embrassade avant de la voir emmenée par les gardes et que la foule se dispersait, seules les oreilles les plus attentives purent entendre l’échange entre le juge et le procureur.

- Je sais où vous avez failli aller Selune, et je ne suis pas le seul à l’avoir compris. Je ne veux pas de ça dans mon tribunal. Si d’autres de vos angles d’attaques demandent de frapper aussi durement la dignité des témoins, j’exige que vous en changiez.
- C’était le seul.
- Bien… merci d’y avoir renoncé… ou tout du moins de l’avoir adoucit.

Sunkeeper inclina la tête et se retira. Elle avait encore gagné cette manche mais elle ne souriait pas cette fois. Se pouvait-il que cette femme ressente quelques remords ? se demanda Sérindë alors que l’avocat se présentait piteusement. Il semblait soulagé d’être libéré de son rôle.

- Je… suis vraiment désolé…
- Ce n’est pas grave… je sais bien qu’ils ne vous ont pas laissé le choix… le pardonna la paladin d’un ton compréhensif.
- Merci… et remercier votre sœur… de m’avoir sorti de là…

Le jeune Elfe s’en fut… Sérindë ne lui en voulait même pas, il était aussi une victime, un anonyme qui deviendrait célèbre pour avoir tenu un rôle qu’il n’avait jamais voulu tenir, écrasé par la pression et à qui on avait même interdit de faire de son mieux.

Elle sentit alors les bras de sa tendre Synwyn l’enlacer, une chaleur dont elle avait bien besoin en ce moment.
- Ca va aller Sérin… le pire est passé… lui chuchota gentiment Syny.
- Peut-être pour moi… mais tout est aussi devenu plus compliqué.
- Comment ça ?
- J’ai vu de l’humanité chez mon ennemi…

« C’est perdre de sa force que compatir » - Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Sam 13 Nov - 0:06

Acte I : partie 4

Quatre jours, ils avaient gagné quatre jours… un temps précieux que Sérindë n’avait pas manqué de mettre à contribution. Cela serait-il suffisant ? Probablement pas. La rousse ne croyait plus à un acquittement, mais organiser l’évasion de sa sœur tenait du pire casse-tête… surtout quand on ne voulait impliquer personne. Devrait-elle se résoudre à chercher une aide supplémentaire ?

Ces pensées se bousculaient dans sa tête lorsqu’elle entendit frapper à la porte.
« Qui est-ce ?
- Votre nouvel avocat ! s’exclama une voix joyeuse. »

Sérindë haussa un sourcil. Si c’était une blague, elle n’y goutait pas vraiment… Cette voix ne lui était pas totalement inconnue… mais cela remontait bien loin…

Elle ouvrit la porte et découvrit un Elfe entre deux âges, richement vêtu, le port assuré, le regard déterminé… et le sourire facile. Oh oui, maintenant elle se souvenait…

« Si Firiel veut bien de moi bien sûr. »
La jeune Sin’dorei resta bouche bée un instant, pratiquement étourdie par cette rencontre totalement inattendue.

« Allons jeune fille, ne me regardez pas ainsi ! Vous ne pensiez quand même pas que j’allais rester les bras croisés alors que le vieux gaillard et les Calaheraë étaient dans le trouble ?
- En fait je pensais que vous étiez mort…
- C’est vrai qu’on a tendance à vite croire les gens morts en ces temps de troubles. Je viens de rentrer d’Undermine où j’ai été très occupé par certaines affaires… et voilà que quand je rentre au bercail je découvre toutes ces horreurs ! »

Elam Brightsun était bien connu des Calaheraë. Il était l’oncle du compagnon de Dame Eldalòte qui avait eut Sérindë et Firiel pour écuyères. Ces trois familles avaient eut bien des interactions entre elles. La rousse ne savait pas bien comment lui expliquer ce qui était arrivé.

« Je suis au courant pour mon neveu Sérindë, et je vous suis reconnaissant d’avoir sauvé son âme… mais ce n’est pas pour cela que je suis ici. Vous avez besoin d’une voix dans ce tribunal et je ne vous propose pas la mienne par reconnaissance mais par amitié, pour les Calaheraë et pour les De Grapeshire. »

C’était la une chance inespérée. Elam était un orateur hors pair. Il avait plusieurs fois fait trembler les murs de la cité de sa voix grave et puissante en des temps où l’on supportait fort mal ce genre de démonstrations. Peut-être son voyage à Undermine en était une conséquence ? Ce deus ex machina comblait Sérindë qui lui aurait bien sauté au cou.

« Vous connaissez les De Grapeshire ?
- Mais bien sûr ! s’exclama l’invité. Kaltezar et moi avons fait les quatre cent coups ensemble ! Ah, je suis pressé de revoir ce vieux fou ! »

Sérindë sourit légèrement. Les choses semblaient toujours s’emboiter avec une étonnante perfection. La Lumière est-elle à l’œuvre ? Etait-ce là un bon augure ?

« Nous acceptons votre aide avec joie et reconnaissance Elam… mais vous devez savoir que ce procès n’est qu’un spectacle. Il est truqué entièrement, il est construit pour que nous perdions.
- Je sais… et pourtant je garde espoir de les prendre à leur propre jeu. Je connais fort bien Selune, c’est un adversaire redoutable mais elle a ses failles et je compte bien les exploiter. De toute manière, si vous devez perdre, que cela soit au moins spectaculaire ! »

La jeune Elfe haussa un sourcil se demandant ce qu’il voulait dire. Il sembla le comprendre et s’expliqua avec un sourire ambigu, laissant Sérindë dans le doute quant à son sérieux.
« Jeune fille, Lunargent n’est plus à une guerre civile près. »

« Le temps des armes n’est pas celui des lois » - Plutarque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Mer 17 Nov - 16:57

Acte II : partie 1

- Ainsi donc, vous, Elam Brightsun, serez l’avocat de la défense ? soupira longuement le juge.
- Qui d’autre monsieur le Juge ? Je connais les Calaheraë depuis bien longtemps, j’ai fait sauter sur mes genoux Firiel alors qu’elle n’était qu’une petite fille. Mieux que quiconque je…
- Ah ça suffit ! Vous n’allez pas nous faire larmoyer sur vos histoires de jeunesse.
- Je vous sens tendu général Dawngold. Je ne fais que répondre à votre question. Mais je me limiterais donc à l’essentiel, proposa Elam. Oui, je vais défendre l’accusée avec toute la compétence que vous me connaissez, monsieur le Juge.

Le général se passa la main sur la figure. Il ne connaissait que trop bien cet homme ! Pourquoi fallait-il que tout devienne plus compliqué chaque jour ? Il tourna son regard vers la procureur. Celle-ci souriait, elle semblait avoir été surprise, agréablement surprise, de voir qui était son nouvel adversaire devant la cour.
- Le procureur n’a rien à redire ? Je croyais que vous aviez déjà un dossier sur son compte.
Sunkeeper agita la main d’un air négligeant, presque même dédaigneux. Chaque jour qui passait, elle cachait de moins en moins son pouvoir sur cette cour et la dimension uniquement symbolique de ce juge.
- Nous avons relaxé messire Brightsun, il s’est avéré que ces accusations de trouble sur la voie publique et incitation à la révolte étaient des allégations bien exagérées. Rien ne s’oppose donc à le voir représenter les Calaheraë.
- On ne pourra pas dire que je ne vous ais pas laissé une chance… grommela le Dawngold.

Il n’avait pas été si facile de faire cesser les chuchotements dans l’assemblée. Brightsun était une personnalité très controversée. Rares étaient ceux qui n’en avaient pas entendu parler au moins une fois de cet orateur hors pair et difficile à bâillonner.
- Alors si vous me le permettez Général Dawngold, j’aimerais tout de suite que nous passions au témoignage de l’accusée, Firiel Calaheraë. J’aimerais montrer à Lunargent le vrai visage de celle qui fut dépeinte comme une traitresse, une mauvaise sœur, un monstre ! Son visage réel, le visage d’un héros !
Tandis que l’effet de manche de l’avocat sembla faire mouche sur le public, le juge s’écria avec véhémence :
- Je vous prierais de garder ces fantaisies pour le plaidoyer ! Je ne vous laisserai pas transformer ce procès en une bouffonnerie par les miracles de vos pitreries, tenez-le vous pour dit !
- Monsieur le juge, cela fait des semaines que l’accusation détruit la réputation de l’accusée par les mêmes procédés, laissez-moi au moins le droit de répondre, se plaint l’avocat.
- Je soutien la défense dans sa demande.
Stupeur générale… le juge foudroya du regard Selune.
- Qu’est-ce que c’est que cette originalité, procureur d’état ?
- Ce procès perd de son impact sans une défense qui ose s’exprimer, une défense forte. Maintenant que Firiel Calaheraë a choisi un avocat convenable, il est important qu’elle soit défendue au mieux de ses capacités… et que ce procès devienne intéressant, conclut-elle avec un sourire un peu narquois.
- Je n’aime pas beaucoup où vous êtes en train d’aller procureur Sunkeeper… grinça le juge. Mais soit ! Que la défense s’exprime… sans pour autant oublier que nous sommes dans un tribunal, pas à une tribune politique ou dans un cirque !
Elam Brightsun s’inclina poliment devant le juge et la procureur. Celle-ci souriait encore.

***

- Firiel, quelque chose m’a frappé lors du témoignage de votre sœur… Une question qui n’a pas été posée… comment a-t-elle réussi à échapper à son incarcération ?

Brightsun entrait enfin dans le vif du sujet après une petite introduction sans grand intérêt demandée par le protocole… qu’il s’était bien entendu empressé de détourner avec sa verve.

- Je l’ai libérée.
- Pourquoi ? Puisque vous ne la croyiez pas… ?
- Elle est ma sœur. Je pensais qu’elle se trompait sur Kael’thas, je pensais qu’elle mentait à propos de mon compagnon, j’avais tort… je ne lui demanderais jamais assez pardon pour ça… mais comment peut-on croire que j’aurais laissé ma sœur croupir dans une geôle ? Je l’aime, je l’ai toujours aimé et je l’aimerai toujours.
- Ainsi donc, malgré le risque que vous encouriez, vous avez choisi de sauver votre sœur, une sœur qui venait pourtant de vous blesser à une époque où vous ne pouviez pas savoir qu’elle avait raison.
- Oui, souffla Firiel.

La duchesse était une femme remarquablement belle aux traits fins et nobles inspirant grandeur et dignité sans évoquer une attitude hautaine et méprisante. Sa longue chevelure d’un roux éclatant encadrait à merveille ses yeux d’un vert ravissant, malgré la honte qu’elle ressentait à les avoir de cette couleur. Rien n’aurait pu y faire, malgré la tristesse et la fatigue dans son regard, malgré ses cheveux emmêlés et sa peau sale, Firiel ne pouvait qu’inspirer force, noblesse et beauté à cette assemblée.

Sunkeeper avait reproché cette erreur maladroite aux geôliers. Ne pas lui permettre de se laver et de se rendre présentable à ce procès n’avait provoqué que l’effet inverse. Firiel inspirait encore plus de compassion dans le courage qu’elle évoquait ainsi.

- Et voilà ce que l’accusation ne voulait pas que nous sachions… Quelle noble personne vous êtes en réalité, l’amour que vous portez aux vôtres et les sacrifices que vous leur consentez par devoir et, par altruisme.
- J’ai dédié ma vie entière à ma famille et à mon peuple.
- Mais à cette époque, notre peuple était séparé en deux camps. Tout le monde ici peut comprendre la confusion dans laquelle vous avez été et votre dilemme. Rappelez-nous pourquoi vous serviez Kael’thas ?
- Il représentait un espoir de Salut pour notre peuple. Il cherchait une solution à la Soif. Il a réussi à nous unir dans cette quête. Longtemps, le Prince Kael’thas fut un héros, un grand héros… J’avais combattu à ses côtés, j’avais vu sa sagesse, j’avais vu quel meneur il était. Je ne pouvais pas croire que ce Prince, noble et valeureux, puisse avoir sombré dans la folie… Je n’avais pas encore compris la puissance corruptrice des manaforges.
- Vous ne saviez pas ce qu’il avait provoqué à Lunargent, ni ce qu’il faisait en Outreterre ?
- Non, en tout cas pas de cette dimension. Kael’thas a vite compris que les Vétérans ne se laisseraient pas convertir à cette politique. Nous n’étions mobilisés que loin des batailles que nous aurions pu juger révoltantes. Pour le reste, il est très facile de faire croire à une armée que l’ennemi est un monstre. La seule information que reçoit un soldat dans un endroit comme l’outreterre vient de sa hiérarchie et de ses camarades.
- Les Draeneis étaient des monstres sanguinaires, les Clairvoyants des lâches s’étant mis à leur service par peur, les Humains fervent de Garithos… ?
- Exactement. En fait, la propagande parlait même de Garithos à la tête de l’Alliance à un moment. Que pouvions-nous savoir de la vérité ? Nous étions isolés en Outreterre depuis l’évasion de Dalaran.

Selune ne réagissait toujours pas. Elle demeurait calme, souriante, ne semblant rien trouver à redire à ce témoignage… Surement avait-elle quelque chose en tête ? Quoi qu’elle en pensa, ce témoignage sembla faire mouche sur l’assemblée. Firiel apparaissait sous un jour différent.
- Quand avez-vous compris, Firiel ? demanda gravement Elam.
- J’ai commencé à avoir des doutes lors de l’évasion de ma sœur… lorsque j’ai découvert que les geôliers la torturaient…
- Comment avez-vous réagit ?
- Je les ais tous tué sur le champ… Sérindë a insisté pour que nous cachions ma responsabilité, les Vétérans avaient besoin de moi… Cela m'a permis de réfléchir et de mener mon enquête… qui devait m’amener à découvrir la vérité sur Raz-de-néant et les manaforges, expliqua Firiel d’un ton calme.
- Pourquoi avoir attendu si longtemps pour vous retourner contre le Prince Kael’thas alors ?

La duchesse ferma les yeux, soupirant profondément dans un mélange entre le sentiment de détresse d’un souvenir pénible et la honte.
- J’avais mené mes hommes trop loin dans cette folie, fait trop de mal par mon ignorance et par ma confiance aveugle, blessé trop profondément ma sœur… Je devais réparer ce mal. J’avais été un des lieutenants de Kael’thas à Dalaran, j’avais perdu en importance et en influence au fil des années, alors que je refusais de voir les Vétérans mobilisés sur des combats que je jugeais injustes… Mais je pouvais remonter les échelons, je pouvais m’approcher de Kael’thas, je pouvais le tuer. Je ne l’ai dit à personne, et j’ai persisté jusqu’à ce que nous n’ayons plus d’autre choix.
- Pourquoi avoir prit ce risque Firiel ? Vous saviez que vous risquiez d’être exécutée comme une solfurie de bas étage par ceux pour qui vous vous seriez sacrifiée.
- Parce que je savais que j’avais une chance… faible, infime peut-être, mais suffisante pour justifier ce sacrifice. La gloire, la reconnaissance, tout cela n’avait aucune forme d’importance… je voulais sauver mon peuple.
- Mais vous avez échoué, heureusement que d’autres ont été plus avisés que vous, persifla la procureur.
- On ne peut gagner toutes ses batailles, procureur Sunkeeper. Ceux qui prétendent le contraire sont au mieux des menteurs, au pire des tricheurs, rétorqua Firiel de sa voix bien posée avec un regard entendu à la procureur « invaincue ».

Selune ne répondit pas à cette attaque à peine voilée qui ne manqua pas d’éveiller les murmures de l’assemblée. Le juge s’empressa de faire silence mais ne rabroua aucune des deux elfes. Visiblement, il était plus préoccupé de voir la conclusion de l’avocat.
- Qu’est-il arrivé à Quel’danas ?
- J’ai tenté de le tuer… et en effet j’ai échoué. Ce sont des Fils de Quel’thalas et des Vétérans qui ont réussi à me sortir des geôles de Quel’danas avant que je ne succombe aux tortures.
- Et c’est cette Firiel Calaheraë qu’on veut exécuter pour haute trahison ?!
L’exclamation tonitruante de l’avocat fit sursauter une bonne moitié de l’assemblée.
- Moi qui croyais que Firiel Calaheraë était un monstre sans cœur et opportuniste, une femme indigne de confiance, opportuniste et malfaisante ! Pourtant, cette femme ici entrain de témoigner, n’est-elle pas l’une des plus nobles, l’une des plus dévouées, des femmes que nous ayons jamais vu ?! Où est ma Firiel Calaheraë ?! Où est le monstre que nous a vendu l’accusation ?!

- Monsieur le juge, la défense en fait un peu trop… ironisa Sunkeeper.
- Comment pourrais-je en faire trop ?! s’écria Elam en frappant du poing sur la table. Vous nous avez vendu, à tous ici présent, une accusée aberrante de mauvaises intentions et que découvrons-nous en ce témoignage ? Un héros ! Un héros qui aime sa famille, qui aime ses soldats, qui aime son peuple ! Un héros…
- Brightsun… averti infructueusement le juge.
- …qui chaque fois a été prêt à se sacrifier pour sauver les siens ! Certains pourraient lui reprocher quelques erreurs mais personne ne pourrait lui reprocher son manque de courage et sa dévotion !
- L’accusée présente un portrait bien idyllique de ses actes, fit remarquer Selune.
- Vraiment ? Pourtant elle a confessé de mauvais jugements. Oh non, la Duchesse Calaheraë a, au contraire, fait preuve d’une sincérité remarquable et je mets l’accusation au défi de produire la moindre preuve d’un quelconque mensonge dans son témoignage !

La procureur fit une légère grimace.
- L’accusation n’a aucune preuve pouvant remettre en cause ce témoignage. Mais…
- Bien sûr que vous n’en avez pas ! Car Firiel Calaheraë n’est pas le monstre que vous aviez décrit, inventé même ! Firiel Calaheraë est un héros, un héros comme Quel’thalas en manque cruellement en cette sombre période ! Un héros que vous voulez exécuter !

Ce n’était plus un témoignage, l’avocat de la défense ne menait plus un interrogatoire mais était bel bien entré dans la harangue. Il avait capté l’attention de la foule qui commençait à s’agiter en commentaires divers et variés. Sérindë qui observait avec stupeur cette scène depuis sa tribune commençait à comprendre pourquoi Dawngold rechignait à laisser Elam représenter Firiel.
- Silence ! vociféra le juge dont les yeux étaient exorbités. Elam Brightsun, vous allez immédiatement arrêter ce petit spectacle ! Je vous ais déjà averti ! Je disperse cette assemblée pour aujourd’hui !
- Monsieur le juge ! C’est exactement ce que la défense espère, vous devez me laisser faire mon contre-interrogatoire ! s’offusqua la procureur.

Rétablir le calme ne fut pas si aisé mais le général Dawngold donna gain de cause à Selune. Elam n’insista pas, ayant déjà fait son petit effet. La procureur sourit en coin à l’avocat alors qu’elle le croisait devant l’accusée.
- Bien essayé Elam, mais tu ne gagneras pas comme ça, murmura-t-elle.
Il se contenta de ricaner.

- Duchesse Firiel Calaheraë… c’est très intéressant toute cette histoire… Pourriez-vous nous expliquer pourquoi mademoiselle Silverwings n’y a pas cru ?
- Mademoiselle Silverwings fait son travail, elle est suspicieuse et méfiante. Me croire sur parole serait une faute professionnelle. Elle a néanmoins reconnu n’avoir aucune preuve concrète de son hypothèse à mon sujet. Tandis que les témoignages de ma sœur et de Zaphira semblent corroborer ma version.
- Des témoins qui ne sont pas bien objectifs étant donné vos relations. Nous devons donc en effet bien reconnaître que tout ce que nous avons sur ce moment relève de la spéculation. Difficile de vous croire sur parole quand on voit les actes que vous avez perpétré.
- Monsieur le juge, Firiel n’a pas encore été reconnue coupable et de plus nous attendons toujours des éléments tangibles de l’accusation à ce sujet, protesta l’avocat.
- Ils arrivent, ne soyez pas si impatient messire Brightsun. Une dernière petite question sur ce passé… Vous avez fait évader votre sœur, alors que vous pensiez qu’elle mentait, qu’elle complotait contre votre Prince, parce que vous pensiez que c’était juste ?
- J’ai sauvé ma sœur. Elle ne méritait pas un tel traitement parce qu’elle était « perdue » comme je la considérais à l’époque.
- Vous avez donc… trahit votre patrie pour une cause que vous trouviez juste à titre tout à fait personnel ?

Elam se leva en brandissant une main hargneuse. Il était certain que son adversaire adopterait cette approche mais il n’avait pas réellement d’autre moyen de dresser un portrait flatteur de Firiel. Le peuple a toujours aimé les héros qui transgressaient les règles pour la justice… Mais en effet la loi elle ne les aimait pas.
- Votre honneur, c’est ridicule ! D’abord la procureur a reproché à Firiel de n’ avoir pas aidé sa sœur, maintenant elle lui reproche de l’avoir fait ! C’est totalement contradictoire et elle cherche à créer la confusion par une pirouette intellectuelle !
- Il est vrai que c’est un peu tiré par les cheveux votre affaire procureur… estima le juge d’un air blasé.
- Je cherche juste à établir le profil psychologique ambigu de l’accusée. Si vous le permettez, j’aimerais maintenant passer à un élément plus frappant encore.

Le juge haussa des épaules, visiblement pas plus d’humeur que cela à débattre.
- Firiel Calaheraë, le nom de Sylana Hopesinger vous est-il familier ? S’enquit la procureur.
L’accusée haussa un sourcil. Elle apparaissait de toute évidence surprise d’entendre parler de cette personne.
- En effet.
- Pourriez-vous nous faire savoir de qui il s’agit et où va son allégeance ?
- C’est un officier ranger Quel’dorei servant Vereesa.
- Expliquez-nous dans quelle condition vous avez été amenée à la rencontrer…

Firiel déglutit mais demeura calme. Cette affaire était peu connue et n’avait à priori rien de bien choquant mais si Sunkeeper en parlait, c’est qu’elle espérait bien retourner cela à son avantage.

- J’opérais avec mes Vétérans en Zul’drak dans une situation fort peu confortable. Nous sommes tombés sur l’unité du ranger Hopesinger à ce moment. Devant la supériorité évidente du Fléau, nous avons décidé de mettre de côté nos dissensions et de travailler de concert pour nous en sortir.
- Vous avez coopéré avec l’ennemi…
- Une alliance de circonstance contre un ennemi commun. N’est-ce pas ce qui a été fait avec les Draeneis et le Soleil Brisé ?
- Bien, alors parlons de ce que vous avez découvert à propos de cette unité Quel’dorei… souffla Selune en allant se saisir d’un parchemin qui patientait tranquillement sur sa table. Nos services de renseignement on trouvé cet ordre de mission fort intéressant… et vous étiez au courant n’est-ce pas ?
- Je ne l’ai apprit qu’à la fin. De plus je ne vois pas ce que cela change à la situation, contesta Firiel.
- Cette unité avait pour ordre de procéder à des opérations de guérilla à l’encontre de certains de nos avant-postes sunreavers, vous trouvez que cela ne change rien du tout ? demanda la procureur sur un ton inquisiteur.
- Ils n’allaient procéder à rien du tout étant donné que nous étions encerclés par le Fléau. Ma priorité était de sortir mes hommes de là et de vaincre l’ennemi le plus dangereux. C’est la première mission d’un officier.
- Et laisser partir en toute sécurité votre allié de circonstance après avoir découvert que sa mission était de piller et tuer ceux de votre peuple, ceux que vous êtes sensés protéger, est-ce là votre seconde mission Dame Calaheraë ?

Une vague de murmures parcourue la salle. C’était la première fois que Sunkeeper mettait réellement en évidence un comportement qui pouvait s’apparenter à de la trahison. Firiel serra les dents, il fallait bien admettre que présenté de cette manière, la situation ne jouait pas en sa faveur.

- Elle a dit que cette expérience lui avait ouvert les yeux et qu’elle essaierait d’intervenir auprès de Vereesa pour tenter de la convaincre de réviser son jugement et de chercher à rouvrir des relations diplomatiques.
- Comme c’est là une touchante histoire… Saviez-vous que cette même Sylana Hopesinger s’est avérée commander une unité parmi les Quel’dorei qui combattent aussi bien les Kvalirs que les nôtres au nord des joutes de la croisade d’argent ?
Firiel sembla surprise, peut-être même un peu peinée. Il lui fallut un instant pour répondre.
- Je l’ignorais…
- Vraiment ? Espériez-vous vraiment qu’elle allait réussir à faire évoluer la position de ces fanatiques ou espériez-vous autre chose ? Si vous nous disiez d’où provient le surnom de votre seconde, le « capitaine Sha’er » ?
- Vous ne faites que des suppositions et des interprétations, il n’y a rien de solide pour soutenir vos accusations ! s’exclama l’avocat de la défense. Et en plus vous tentez de noyer le poisson par des procédés ridicules !
- Noyer le poisson ? Oh non croyez-moi, le véritable nom de l’adjudant Sha’er est très important. Je demande à ce que l’accusée réponde !
- Pour le coup ma curiosité est éveillée, que l’accusée réponde, ordonna le Dawngold.
-Sha’er est la contraction de Shallia Hopesinger.
- Même famille que Sylana Hopesinger ?
- Elles sont sœurs.

De nouveaux murmures dans la salle, cela commençait à réellement devenir suspect.
- A quoi jouez-vous donc ?! s’offusqua Elam Brightsun. Qu’est-ce que l’accusation cherche à prouver ? Même si vous réunissez tous ces éléments, cela ne prouve en rien que Firiel Calaheraë ait délibérément aidé et épargné un ennemi du Quel’thalas…
- Il y a des preuves suffisantes… ! rétorqua Sunkeeper avant de se faire couper.
- …Dans le pire des cas, elle aurait été naïve ce qui est là une accusation très lointaine de la haute trahison !...
- Des actes irresponsables, dangereux et cachant des volontés bien moins avouables encore… !
- …Si vous espérez la faire incarcérer pour avoir trop bon cœur et espoir en la nature elfique, pourquoi ne mettez-vous donc pas tout le clergé du Soleil sur le banc de l’accusé ?!
- Vu leur empressement à soutenir une traître peut-être que nous le devrions ! trancha Selune d’une voix dure et sans appel.

La procureur venait de perdre son calme, cette dernière réplique créa le silence, un silence gêné. Elle prit tout de suite conscience d’avoir dépassé les bornes, la Lumière avait regagné en popularité depuis les événements de Quel’danas et il était bien mal venu de tenir ce genre de propos… Elam l’avait énervée et bernée avec brio cette fois-ci.

- Quoi qu’il en soit, j’ai une preuve qui a de quoi remettre la défense à sa place, grinça Sunkeeper en s’emparant d’un autre parchemin qu’elle tendit au général Dawngold. J’aimerais que l’accusée le lise une fois que vous en aurez terminé monsieur le Juge.
Celui-ci fronça les sourcils avant de tendre le pli à Firiel qui parvint à demeurer calme devant le contenu.
- C’est la première fois que je vois ce document ou un document s’approchant de cela.
- Faites-nous découvrir de quoi il s’agit, proposa la procureur avec un sourire sardonique.
- Je n’ai rien à voir avec ceci.
- Pourtant la lettre vous est adressée.
-Cela ne veut rien dire.
- Cela veut dire que vous avez eu un comportement qui a tellement plu au concordat argenté qu’il a invité les Vétérans d’Hyjal à déserter à son profit ! J’ai du mal à croire que les séides de Vereesa envoient une telle proposition à des Sin’dorei sans une excellente raison !

Quelques exclamations outrées s’élevèrent dans la foule. Entre les partisans du « Firiel ne trahirait jamais son peuple !» et ceux du « une nostalgique de l’ancien temps, rien de bien surprenant, je m’en doutais depuis le début ! », les débats commencèrent à faire rage avant qu’un Dawngold excédé ne ramène l’ordre.

- Expliquez-vous accusée, ceci est une pièce à conviction de la plus haute gravité, gronda le juge.
- Je n’ai jamais vu ce courrier et pour ce que j’en sais cela pourrait parfaitement être un faux.
- Nos services l’ont intercepté avant qu’il ne vous parvienne, mais peut-être y en a-t-il d’autres. En tout cas leur authenticité ne saurait pas être plus remise en cause que la bonne foi de nos agents.
- Le concordat pourrait avoir fait un faux en connaissance de cause, proposa Brightsun.
- Mais bien sûr, le Concordat aurait créé un faux document à l’intention de Firiel Calaheraë dans le but de le voir utilisé par notre tribunal contre elle ? Vous ne savez vraiment plus quoi inventer Elam, ironisa la procureur.
- Ce ne serait pas l’hypothèse la plus ahurissante que nous aurions vu dans ce tribunal ! Les agents de Vereesa pourraient avoir créé ces faux documents pour créer paranoïa et dissension dans nos rangs.

Sunkeeper secoua la tête d’un air blasé. Sa longue chevelure rousse vola au vent d’une manière ravissante. Elle n’avait jamais paru aussi présente dans ce procès que depuis l’arrivé de Brightsun, l’intervention de cet adversaire à sa hauteur ne semblant que renforcer son charisme. Oh bien sûr, elle faisait des erreurs, il parvenait à les créer et à les pointer du doigt. Ses abus étaient plus facilement mis en évidence. Le manque de consistance de ses arguments ne passait désormais plus sous silence… Mais rien n’y faisait, elle semblait dominer l’assemblée. Il n’était plus tant questions d’arguments et de preuves incontestables, tout ceci n’était plus qu’une lutte d’orateurs.

- Bien pensé, très malin même. Malheureusement, ceci est l’unique spécimen que nous ayons trouvé. C’est donc bien des Vétérans qu’il s’agit et pas d’un complot.
- Quoi qu’il en soit je n’ai pas reçu ce courrier et je n’ai en aucun cas accepté de trahir Quel’thalas au profit des Quel’dorei.
- Comment espérez-vous être cru ?
- Je dis la vérité sous serment devant le Soleil. Avez-vous la moindre preuve que j’ai aidé le Concordat d’Argent ?
- Nous avons une escouade de rangers Quel’dorei avec qui vous avez travaillé.
- Si j’avais réellement trahit, je suis certaine que miss Silverwings dans sa grande clairvoyance aurait déjà trouvé des preuves.
- Peut-être devrions-nous récapituler la situation pour qu’elle soit bien claire et que vous compreniez à quel point elle est grave ?
- Je ne suis pas une idiote, je tiens juste à ce qu’il soit bien établit que vous ne faites que des hypothèses sans fondement autre que des concours de circonstance malheureux.

- Des concours de circonstances malheureux ? Une unité de combattant d’élite du Quel’thalas ne répondant plus aux ordres, ne communiquant plus que sporadiquement sa position, dont la chef ne rédige plus de rapport et refuse de coopérer avec les alliés de son armée, ayant plusieurs fois exprimé publiquement son hostilité envers la société Sin’dorei et prouvé avoir un profil psychologique instable et ambigu, se retrouve à coopérer avec une unité du Concordat d’Argent ayant pour mission de détruire des bases Sunreavers. A la suite de cela, l’officier de l’armée sin’dorei que vous êtes, choisi en toute connaissance de cause de laisser partir sans dommage l’unité quel’dorei, dirigée par la sœur de votre seconde. Et enfin, nos services de renseignements interceptent une lettre du Concordat d’Argent, vous étant adressé, offrant aux Vétérans d’Hyjal de le rejoindre ! Par le Soleil ! A ce niveau votre concours de circonstances malheureux n’est même plus improbable !

- C’est pourtant exactement ce que c’est : un concours de circonstances malheureux auxquels vous prêtez des significations…
L’avocat Brightsun sentit Firiel lentement glissé hors de sa carapace calme et digne. Inquiet de comment Sunkeeper pourrait exploiter sa colère, il ne lui laissa pas terminer et coupa court à l’interrogatoire.

- La défense concède le caractère improbable de sa version. Il n’en demeure pas moins qu’improbable n’est pas impossible et que l’explication donnée par Firiel Calaheraë, assermentée devant le Soleil, ce qui vous ne l’ignorez pas est un engagement particulièrement important pour un paladin, est tout aussi valide que celle proposée par l’accusation. De plus, au vue de la psychologie de Firiel, loin d’avoir été prouvée instable et ambigüe contrairement à ce que prétend le procureur, il est évident qu’elle n’a épargné Sylana Hopesinger que dans l’espoir de voir un pas fait vers la réconciliation entre les peuples Sin’dorei et Quel’dorei, un idéal dont nous ne pouvons lui tenir rigueur.

- Après tout ce que vous avez vécu, vous pouvez encore être idéaliste et naïve Firiel ? J’ai du mal à le croire, piqua Selune.
- Je garde espoir de voir la paix revenir, ce n’est pas un crime.
- Je pense que mon témoin a répondu à toutes les questions importantes et que nous devrions mettre fin à cette intervention, insista Elam qui sentait venir le dérapage.
- Laisser partir des combattants ennemis sans mal est un crime, persista la procureur.
- Northrend est une zone de combat particulière demandant des méthodes particulières…
- Trahir son peuple par exemple… ?
- JE ne vous ais pas trahit, VOUS m’avez trahit ! s’écria Firiel en serrant les poings, perdant soudain son sang-froid.

Brightsun soupira, Dawngold avait encore laissé faire Sunkeeper et elle avait réussi. Cela n’avait duré que quelques secondes, mais durant ce cours lapse de temps, la duchesse Calaheraë avait perdu cette image rassurante et admirable pour présenter un échantillon de la colère et de la frustration qui bouillaient en elle.

- Intéressante version de l’histoire Firiel Calaheraë… Un peu le genre de versions que nous ont conté Illidan ou Kael’thas…
- Monsieur le Juge ! Je vous pris de bien vouloir mettre fin à cela. L’accusation exploite honteusement la fatigue et le stress de la duchesse Calaheraë !
- L’accusée nous a montrés qu’elle savait se débrouiller comme une grande fille pendant tout son témoignage, ne commencez donc pas à nous jouer du violon… Une dernière question. Firiel Calaheraë, quelle est la nature de vos sentiments pour le chevalier Kaltezar de Grapeshire ?

La duchesse écarquilla les yeux devant la totale incongruité de la question. En fait, tout le monde le fit !
- Mais qu’est-ce que c’est que cette question procureur Sunkeeper ?! s’exclama Dawngold.
Elam Brightsun ne mit pas longtemps à comprendre la manœuvre. Selune venait de faire oublier la controverse autour de ses méthodes avec cette simple question devant une cité avide de potins romantiques ! Damnés soient cette bande d’idiots !
- La réponse est importante pour la suite du procès.
-L’accusation cherche juste à répandre la confusion ! protesta l’avocat de la défense.
- Je ne vois aucune raison d’obliger l’accusée à répondre, estima le juge. Souhaitez-vous le faire duchesse Calaheraë ?
- Mais bien sûr que non ! Cela ne regarde en rien cette cour !
- Dans ce cas je n’ai plus de questions monsieur le Juge, conclut simplement la procureur en retournant paisiblement à sa place.

Bien que Firiel ait refusé de répondre, sa réaction avait parlé d’elle-même. Malgré ses efforts son visage était tout cramoisie et son regard fuyant. A quoi pouvait bien penser Sunkeeper ? Mais surtout, comment avait-elle pu savoir qu’il y avait quelque chose à remuer de ce côté ?

Alors que Firiel regagnait sa place d’accusée, le visage d’Elam était grave et concentré. En d’autres circonstances il n’aurait pas manqué de taquiner Kaltezar à propos de sa tendance à séduire des demoiselles ayant plus d’un demi-siècle de moins que lui… en fait il ne résista pas à lui envoyer un regard amusé malgré tout. Néanmoins, le fait que Sunkeeper ait choisi exactement ce sujet, ait exactement touché ce point sensible, exactement avant le début du témoignage de Kaltezar… tout cela semblait un peu trop exact pour n’être qu’une coïncidence.

« Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation. » - Sun Tzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serinde

avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   Dim 21 Nov - 16:23

[Cette scène a été écrite pas Kaltezar]

Acte II: Scène 2 – Vin acide

L’écho de Silvermoon – Page 2

Citation :

Affaire Calaheraë: Le Chevalier de Grapeshire dans l’oeil du cyclone


C’est un véritable petit cataclysme politique qui s’est joué hier sur la place du bazar de Silvermoon. Le procès de la Duchesse Firiel Calaheraë, accusée de haute-trahison, éclabousse désormais le nom d’une autre maison réputée du royaume. Le Chevalier Kaltezar de Grapeshire serait effectivement impliqué corps et âme dans l’affaire, les preuves d’une relation amoureuse, tout du moins charnelle, entre la Duchesse et lui ayant été apportée par l’accusation. L’on peut se remémorer l’avant dernière audition du tribunal qui s’était conclu par cette surprenante question de la part du procureur Sunkeeper: "Quelle est la nature de vos sentiment pour le Chevalier Kaltezar de Grapeshire ?". L’accusée avait promptement refusé de répondre, sans doute loin d’imaginer que Selune pourrait sortir une nouvelle fois de son chapeau des éléments compromettant sur sa relation avec le Chevalier.

La stratégie employée par le procureur a été très simple. Elle a d’abord interrogé Kaltezar sur la relation qu’il entretenait avec Firiel, malgrès les protestations véhémente de l’avocat de la défense. Protestations restées muettes à l’oreille du juge Dawngold qui souhaitait comprendre ce que l’accusation voulait prouver. Naturellement, le Chevalier de Grapeshire a nié toute relation autre qu’amicale et professionnelle avec la Duchesse. C’est une Selune Sunkeeper triomphante qui présenta alors la preuve discréditant Kaltezar sous la forme de gobelinographies le présentant en train d’embrasser Firiel dans une ruelle sombre et discrète de Silvermoon.

Elam Brightsun a immédiatement tenté d’éviter la débâcle, arguant que l’image, en encarté de ces lignes, n’était pas suffisamment claire et que l’on pouvait conserver des doutes sur ce que les deux tourtereaux faisaient réellement. La défaillance du Chevalier de Grapeshire qui s’en prit, de manière virulente, au procureur ne permit pas à la défense de se sortir vainqueur de cette situation critique. Le juge remmena avec grand mal le calme dans l’assistance. Selune ayant les mains libres, elle profita d’enfoncer définitivement le clou, au grand désarroi d’une défense muselée par la preuve évidente que le témoin a mentit sous serment, en s’appuyant sur un épisode jusqu’alors inconnu de la vie de Kaltezar.

Officiellement, ce dernier a mené une opération d’infiltration chez les Sunfury de Netherstorm pour enquêter sur l’ancien dirigeant des Fils de Quel’Thalas, Syldur Bloodtears. Cependant, le procureur mis en exergue certains faits troublants. En premier, le Chevalier n’a jamais informé aucune instance militaire, ni même ses collègues responsables des Fils de Quel’Thalas de ses intentions. De plus, un enregistrement holographique récupéré à une manaforge le présente en compagnie de Syldur en train d’évoquer de manière très convaincante les bienfaits de la mana à disposition partout en Netherstorm ... de là à appuyer sur une trahison simultanée de Grapeshire et de Bloodtears envers les idéaux de leur propre ordre, il n’y avait qu’un seul pas que le procureur n’a d’ailleurs pas hésité à franchir.

Deuxièmement, durant sa supposée infiltration, le Chevalier de Grapeshire a servit, selon des documents d’archive Sunfury, exclusivement sous le commandement de la Duchesse Firiel Calaheraë en rejoignant les Vétérans d’Hyjal. Kaltezar a eut des ennuis avec le fiancé de Firiel, qu’il aurait d’ailleur tenté d’éliminer. Ce faux pas valu au Chevalier de Grapeshire l’emprisonnement ferme chez les Sunfury. Il y’avait donc fort à parier que la relation ambigüe entre l’accusée et le témoin datait de cette époque voire même d’avant, ce qui aurait expliqué partiellement les motivations du Légat de Quel’Drassil à la rejoindre à Netherstorm.

Finalement, la manière dont Kaltezar a pu sortir de prison. Obligé de répondre aux questions du procureur à ce sujet, ce dernier a finalement dû admettre que les Fils de Quel’Thalas n’ont pu monter une opération de sauvetage que grâce à des informations que Firiel Calaheraë aurait livrée à Quel’Drassil. Cette révélation est un véritable coup de poignard pour la défense puisque elle tend à prouver que le goût de la Duchesse pour la trahison n’est pas nouveau et ce quelque soit la bannière sous laquelle elle sert.

Devant le chaos qui s’emparait progressivement de la cours, le juge fût obligé de prononcer la dissolution de l’assemblée et la fin du témoignage d’un Chevalier de Grapeshire au nom désormais souillé et qui ne pourra pas laver de si tôt. Avant de jetter un éclairage sur les conséquences annexe de ces événements, nous avons pu interroger l’avocat de la défense au sujet de la terrible victoire de l’accusation sur l’affaire Calaheraë.

Echo de Silvermoon: On peut dire que le procureur a fait une véritable démonstration de force aujourd’hui, discréditant de manière direct la véracité des propos d’un témoin sensé défendre Firiel Calaheraë. Est-ce que Kaltezar avait mentionné cette liaison avec Firiel lors de la préparation de la défense ?

Elam Brightsun: Comme depuis le début de ce procès, le procureur saute rapidement sur tous un tas de conclusions qui embrouillent l’assemblée. Je maintiens que les preuves présentées aujourd’hui ne sont pas suffisante pour appuyer cette prétendue relation amoureuse entre Kaltezar et ma cliente. L’épisode de Netherstorm me laisse aussi quelque peu sceptique. J’ai été surpris que Selune Sunkeeper puisse ressortir autant d’éléments des activités Sunfury.

ES: Pensez-vous pouvoir prouver qu’il n’y a pas eut de relation amoureuse ?

EB: Mon travail n’est pas de me disperser dans de multiples affaires. Il ne me semble pas qu’un procès soit intenté auprès du Chevalier de Grapeshire. Je n’ai donc rien à prouver de ce côté. Contrairement à mon alter égo de l’accusation qui se complaît à faire le procès des témoins, je reste sur mon objectif qui est de prouver que Firiel Calaheraë n’a pas commis d’acte de haute-trahison. Sa vie privée et celle de Kaltezar n’ont rien à voir la dedans.

ES: La stratégie du procureur montre que Firiel aurait plusieurs fois commis des actes apparentés à de la trahison pour des questions de relation personnelles. Sa sœur, cette elfe du Silver Covenant et maintenant le Chevalier de Grapeshire. Comment comptez-vous la laver de ces faits ?

EB: Vous imaginez bien que je ne peux répondre directement à cette question. Je relève simplement qu’étant donné que la parole de Kaltezar n’avait plus de valeur durant cette dernière séance, il a très bien pu tout autant mentir en déclarant que les Fils avaient pu le sauver grâce à l’appui de Firiel (rire). J’attends toujours du procureur qu’elle nous présente des preuves formelles et qu’elle cesse d’appuyer toute sa démarche sur des éléments à caractères émotionnels. Sommes nous dans une procédure judiciaire ou dans une tragédie d’antan ? J’ai l’intention de soulever cette question en privé avec le juge.

ES: Vous minimisez donc les conséquences directes de l’épisode d’aujourd’hui ?

EB: J’indique simplement que le procureur est complètement sortit du cadre du procès. C’est selon moi effectivement un coup dans l’eau de sa part à ce niveau. Je regrette cependant profondément les conséquences, d’un point de vue morales, qui découleront sur la famille de Grapeshire de l’exercice auquel s’est livrée Selune aujourd’hui. Je reste positif pour la suite du procès, vous pouvez bien imaginer que j’ai moi aussi quelques bonne cartes en main.


Si comme l’indique Elam Brightsun, les éléments amenés par le procureur hier ne peuvent être imputés directement sur l’acte d’accusation, il en résulte cependant des conséquences politiques. Selon nos sources, en réaction à l’exposé public des faits concernant Kaltezar de Grapeshire, une enquête à son sujet a été ordonnée par la Cours du Soleil. Rappelons qu’il était aussi le Légat de Quel’Drassil et donc un des trois conseillers dirigeant l’ordre des Fils de Quel’Thalas. Le Triumvirat a bien l’intention de vérifier ce qui a pu lier les anciennes instances dirigeantes de Quel’Drassil aux Vétéran d’Hyjal. Le dossier est particulièrement sensible étant donné la force politique et militaire encore représentée par les Fils de Quel’Thalas.

Selon des informations obtenues à Quel’Drassil, le Légat Kaltezar de Grapeshire aurait laissé un message s’apparentant à une lettre de démission à sa collègue, la conseillère Atia Silverswell. Il semblerait aussi que l’ex-Légat a quitté précipitamment le royaume pour une destination inconnue. Cela ne devrait pas faciliter le travail de la commission d’enquête déléguée par Sunfury Spire.

Avec la disparition de Severnaya Dead-Aim, la démission de Sérindë Calaheraë et le départ précipité de Kaltezar de Grapeshire, tout trois ayant eut des relations avec la Duchesse Firiel Calaheraë, il appartient désormais aux nouveaux dirigeants de Quel’Drassil de permettre aux Fils de Quel’Thalas de conserver leur position au sein de la politique du royaume.

Daron Sunwhisper


La vérité que l'on trouve dans le vin redevient mensonge dans l'eau claire.
[Jean Dypréau]



[Voici le dernier épisode qui a été écrit à l'époque. Ces événements ont eut lieu il a à peu près un an. Le procès était sur le point de reprendre mais a été plusieurs fois repoussé jusqu'à être carrément enterré à la période où le Roi Liche fut vaincu et de nombreux combattants revenants de Northrend purent parler des divers exploits que les Vétérans ont continué à accomplir contre le Fleau aux côtés de la Croisade bien qu'ils furent considérer comme des criminels en Quel'thalas. Le contexte n'était donc pas propice à en terminer avec Firiel... Avec l'incertitude et la peur, dans cette atmosphère de fin du monde qui règne, il semble que la donne ait changée. Une nouvelle séance du procès est pour bientôt.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le procès de Firiel Calaheraë - le récit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le procès de Firiel Calaheraë - le récit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De l'utilité de procès et droits des persos
» Procès - Vice de procédure
» Pourquoi Phoenix gagne-t-il (presque) tous ses procès ?
» Procès ayant opposé Biloute au Comté de Flandres [Coupable]
» Règlement des Procès (A LIRE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rp-Horde Kirin Tor :: Récits et aventures-
Sauter vers: