Rp-Horde Kirin Tor

Vivez et partagez les aventures de la Horde du serveur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Massacres au crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Geoffray



Masculin Nombre de messages : 4
Age : 30
Localisation : Caen
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Massacres au crépuscule   Lun 3 Aoû - 13:13

Les cavaliers filent comme le vent sur la route détrempée de la jungle de Stangleronce. Le soleil couchant éclairent leur chemin d'une lueur écarlate.

Ecarlate.....une couleur qui sied parfaitement a leur mission. Le cavalier de tête, engoncé dans une armure noire, semble faire voler son cheval squelettique plus que le faire galoper. La région lui rappelle des choses, des souvenirs, de lorsqu'il était encore un jeune homme, lorsqu'il était encore en vie.

Mais tout cela n'a pas d'importance, après plusieurs minutes, les cavaliers pénètrent les frontière du royaume d'Azeroth, et le bois de la pénombre.

Les cavaliers ralentissent leur allure. Ils sont une petite dizaine, tous de la même taille approximativement, sauf un. Ce dernier fait partie des trois cavaliers de tête, c'est un tauren massif. Mais ses yeux luisent d'un éclat bleuté surnaturel.

Le Commandant de l'expédition se retourne. Ses yeux luisent également de la même lueur. Il observe le tauren, puis son troisième compagnon: une réprouvée a l'air totalement dérangée. Enfin il prend la parole.

« Combattants du Crépuscule! Réprouvés! Les vivants ne cessent de nous défier! Aujourd'hui, nous allons apprendre aux valets de ce royaume a ne plus se mêler de nos affaires! Nous allons ravager un de leurs village! Le sang coulera! Pas de quartier! Tuez tout ce qui vit! Brulez les habitations! En avant! »

La petite colonne d'une dizaine de cavalier partit au galop, après quelques minutes, elle investit un petit village humain isolé. Les morts se jetèrent sur les vivants qui tentèrent de résister.

Ce fut un massacre.

Les réprouvés ne craignaient ni la douleur, ni la mort et ils n'épargnaient ni les femmes, ni les enfants. Les humains résistèrent. Après tout ils avaient affronter la malédiction qui s'était emparer de leur terre, ils savaient se battre!

Le commandant de l'expédition chargea droit vers ce qui servait d'hôtel de ville au village. Il sauta au bas de son cheval et ses deux lames abattirent deux paysans qui se jetaient sur lui.

Il s'avança, tranquillement, ses hommes et compagnons avaient déjà coupé les retraites possibles aux villageois et la moisson commençaient. Les cris et la fumée s'élevaient déjà en un splendide son et lumière.

L'hôtel de ville était un bâtiment a peine plus grand que les autres. La porte de bois ne résista pas longtemps aux sortilège que le réprouvé lança contre elle. Elle fut expulsé de ses gonds par une puissante rafale de glace, qui gela le chambranle.

Le mort pénétra dans le bâtiment. Il passa une pièce sans rencontrer de résistance, avant de se retrouver en face de plusieurs hommes armés d'épées.

« Vous n'avez aucune chances vivants... Toute résistance est futile. »

Les vivants ne répondirent même pas et chargèrent l'abomination morte vivante.

Le combat fut plus rude que ce que le non-mort avait prévu. Les humains étaient des veilleurs, rompu a l'exercice des armes, pas de simple paysans. Mais leur adversaire n'était pas qu'un simple soldat, c'était un chevalier de la mort et avant cela, il avait combattu contre bien des ennemis sur bien des champs de batailles.

Au final, les corps des 5 humains reposèrent sur le sol, des entrailles béantes les agrémentant et le sang coulant a flot. Le Réprouvé était blessé, bien sur, mais la douleur n'existe plus pour ces créatures, ils ne peuvent s'affaiblir en perdant du sang. Il continua donc son chemin et pénétra dans la dernière pièce.

Une femme l'attendait. Debout, le regardant approcher avec un air de défis, mais également de peur.

Le réprouvé avança tranquillement, sa proie ne pouvait pas lui échapper. La soif qui crie au fond de son être va enfin être rassasier, pour quelques instants.

La femme ne broncha pas quand le réprouvé fut juste devant elle. Celui ci brandit sa lame et l'enfonça dans le ventre de la femme. Cette dernière eut un hoquet de surprise.

« Oh non vous ne mourrez pas tout de suite....pas tout de suite.... »

La porte se referma sur un violent courant d'air alors que des cris inhumains commencèrent a sortir de la pièce.

Une dizaine de minute plus tard, le réprouvé sortit de la pièce et retourna sur la place du village. Ce dernière brulait maintenant en entier. Un amas de cadavres avait été créer devant l'hôtel de ville.

Le réprouvé s'approcha et appela l'un de ses soldats.

« Répurgatrice Frozen, on en est ou? »

La dénommée Frozen était occupé a mâchouillé le bras d'un cadavre avec un air extatique quand le réprouvé l'appela.

« On a massacré tout les vivants répurgateur Geoffray. Et j'ai bien mangé.
-parfait, on s'en va. Nous devons rejoindre la jungle avant que la fumée n'attire une quelconque patrouille.
-bien »

Les réprouvés se rassemblèrent, puis le signal du départ fut donné. Avant de partir, Geoffray, le répurgateur, saisit un brandon enflammé et l'envoya sur l'Hotel de ville, enflammant ainsi le derniere bâtiment encore intact avant de se lancer au galop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geoffray



Masculin Nombre de messages : 4
Age : 30
Localisation : Caen
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Massacres au crépuscule   Lun 3 Aoû - 13:14

Le Réprouvé engoncé dans son armure noire observe la bande de mercenaires qu'il a ramassé dans les bouges de la ville gobeline de Baie du Butin.

« Maudit soit Crochefort de me réduire à de telle extrémités! »

Seule sa camarade mort vivante en armure noire elle aussi saisit cette remarque. Elle acquiesça, l'air absent, mâchouillant un morceau de viande que l'on ne peut, ni ne veut, identifier.

Le départ du Champion Crochefort, massif tauren du Crépuscule, et donc de ses chevaliers morts vivants a forcé les répurgateur Geoffray et Frozenhand a engager des mercenaires pour leur prochain raid éclair sur les terres humaines.

Ils avaient parcouru la ville gobeline, récupérant des ersatz de guerriers, de pitoyables créatures qui ne pensent que par l'or et le sang. Les promesses d'or et de pillage avaient donc permis aux deux réprouvé de rassembler une dizaine de compagnons.

« Bien écoutez moi, vous allez me suivre, moi et ma seconde. Nous allons allons nous amuser avec quelques fermiers humains. Vous aurez votre pillage et votre or. En avant! »

A la mention de l'or, les mercenaires, ou plutôt le ramassis de truands recruté poussa un cris de joie. Ce n'étaient qu'un ramassis de gens de sac et de cordes, vivants de meurtres, vols et autres rapines, sans fois ni lois.

Le groupe armé partit donc de la clairière luxuriante de la vallée de Strangleronce ou leur avait été donné le point de rendez vous et se dirigèrent vers la Marche de l'ouest.

Au moment de passer une rivière, les truands se regardèrent, indécis, mais le réprouvé appelé Geoffray s'avança.

Il sortit deux lames runiques luisant d'une lueur malsaine et sembla se concentrer. Puis l'eau commença a geler, leur formant un passage vers l'autre rive.

Ils arrivèrent non loin d'une petite ferme alors que la nuit commençait a prendre le pas sur le jour. Le soleil plongeait derrière l'horizon, illuminant les plaines jaunâtre des marches d'une lueur écarlate.

Le Réprouvé fit un geste, et les mercenaires se jetèrent en hurlant sur la ferme. Les portes furent enfoncé, les fermiers tirés du lit et massacrés...du moins pour les hommes, le sort des femmes fut bien pire. Même si aucun des membres du groupes n'était humain, elles ne furent pas épargnées.

Geoffray planta une de ses lames dans le corps d'un garçon de ferme et sentit un afflux de vie maintenant bien connu. Tuer était devenu le seul moyen, avec la torture, de ressentir quelque chose pour lui, de ressentir du plaisir.

Frozenhand, quand à elle, se délectait d'une femme, dont le corps brisés et nue était étalé sur le sol.

« Brulez la ferme, brulez tout! »

Les flammes commencèrent a s'élever, le bétail fut massacré, les chevaux récupérés par les ruffians pour être vendu. Et contre un arbre mot a proximité, le cadavre de la femme a moitié dévoré fut cloué.

Le groupe pilla et massacra les habitants de deux autres fermes avant de rencontrer de la résistance. Pour ses deux fermes, les choses se passèrent de façon similaire. Les hommes et les femmes qui retrouveraient les restes ne pourraient que deviner l'horreur de cette nuit de sang au cadavre cloué a un mur ou sur un arbre, affreusement mutilé.

Lorsqu'ils approchèrent de la quatrième ferme, les mercenaires chargèrent comme a leur habitude mais furent fauché par des tirs d'arme a feu et d'arc qui vinrent tuer quatre d'entre eux.

Réfugier derrière un muret, Geoffray réfléchit a la situation, quand, soudain, des cavaliers portant le tabard de l'armée régulière déboulent prêt de la grange. Ni une, ni deux, les deux réprouvés montent sur leurs chevaux alors que leurs « employés » sont engagés par les forces azerothienne. Au passage, le réprouvé coupa la tête d'un des gardes et se débarrassa d'un autre en lui enfonçant son épée dans le bras. Frozenhand, quand a elle, se débarrassa d'un garde avant de pouvoir également s'enfuir.

Les mercenaires furent massacrés avant même d'avoir pu dire ouf. Quand aux réprouvés ils réussirent a s'échapper.

« dommage que les gardes aient été la Geoffray.
-oui. Nous n'allons plus pouvoir continuer je le crains. »

Tout en parlant, le réprouvé contemplait ses lames. Il les avait arraché a un séide du Roi Liche dans les maleterres. Leur aura ténébreuse était parfaite, mais quand il tuait, la sensation de plaisir était décuplée....étrange, mais bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geoffray



Masculin Nombre de messages : 4
Age : 30
Localisation : Caen
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Massacres au crépuscule   Lun 3 Aoû - 13:14

Hillsbrad, le soir.

La nuit a étendu son manteau sur la région. La vie animale reprend ses droit sur cette terre torturée par la guerre.

Un cavalier solitaire galope en direction des nombreuses fermes présentes dans la région. Mais il n'est pas humain.

Son cheval n'est plus qu'un squelette a peine reconnaissable, et son cavalier laisse apercevoir un os saillant a la jointure entre le gant et les brassards de l'armure.

Dans son dos pend une longue lame runique. Cette est une épée a deux main stylisée mais indéniablement de facture maléfique.

Le cavalier arrive non loin d'une petite ferme isolée. Il descend de cheval et s'agenouille dans un petit bosquet d'arbustes.

Il observe, patiemment. Mais le vent se lève et soudain, le chien, qui jusque la était rester sagement dans sa niche, commence a aboyer dans sa direction.

« Malédiction, mais qu'a donc sentit ce chien encore? »

Tout en criant ces paroles, le fermier ouvre la porte de sa ferme et s'approche de son chien. Le Réprouvé sourit sous son casque.

Alors que le paysan se penche vers son chien, le mort vivant sort soudain du bosquet tout en incantant rapidement un sortilège. Le Paysan se prend alors la gorge, étouffé par une force invisible. Largement le temps pour le réprouvé d'arriver jusqu'à lui et de lui plonger sa lame runique dans le ventre.

Le réprouvé savoure la souffrance que l'humain affiche sur son visage et suit avec attention la suite de ses émotions: surprise, souffrance...puis horreur devant celui qui l'attaque.

Puis le réprouvé tranche la colonne vertébrale, coupant l'humain en deux. Le sang éclabousse la terre de l'ancien royaume de Lordaeron.

Le réprouvé abandonne l'humain a son sort et se dirige vers la porte entrouverte, non sans avoir abattu le chien.

« gilles? Ça va? Qu'est ce que le chien avait sent.... »

La femme du fermier, qui prononçait cette phrase entendant la porte s'ouvrir se figea de peur. Devant elle, le réprouvé en armure noire, éclaboussée de sang, une longue épée a la main.

« Sainte Lumière.... »

Le Réprouvé rit alors. D'un rire sadique. Qu'il était bon d'avoir un tel pouvoirs sur ces vivants qui l'avaient rejeté! Des vivants qu'il avait protéger tout au long de sa vie. Oh oui, le goût de la revanche de la vengeance.

Il lève son épée, la femme se jette vers lui, dans une tentative de s'enfuir? Pathétique humaine. La lame mord la chaire et la femme s'abat, morte.

Le Réprouvé s'apprête a sortir quand il entend du bruit dans la pièce d'à coté. Il se retourne et la porte s'ouvre.

« Maman, papa que se passe-t-....... »

Devant le réprouvé, une jeune femme entre 16 et 20 ans vient d'apparaitre. Envoyant le cadavre de sa mère et le réprouvé sanglant, elle ne prend pas peur. Seule une grande tristesse voile ses yeux clairs.

« Ainsi cela recommence....tuez moi monstre, qu'on en finisse! Puisse la Lumière vous faire payer. »

Le Réprouvé avance, il va frapper. Mais quelque chose le retient. La jeune fille ressemble tant à....non il ne doit pas y penser, ce n'est pas elle, ce n'est qu'une humaine! Le mort est indécis, mais la jeune fille ne peut s'enfuir, la seule sortie ayant dans le dos du monstre.

Le réprouvé ôte son casque, laissant apparaitre un visage presque humain, si ce n'est le teint cadavérique et la moitié gauche du visage complètement carbonisé ou seul lui l'œil bleu des chevaliers de la mort.

Pourquoi fait-il cela? Il doit se ressaisir, ce n'est qu'une fille humaine comme les autre! Ce n'est pas comme elle, pas comme si elle était de son sang! Mais elle lui ressemble tellement, a elle, celle qui lui a carbonisé le visage, la chaire de sa chaire....

Peut être la jeune fille pensa-t-elle pouvoir sauver sa vie. Elle fonça vers la porte, bousculant le réprouvé au passage. Mais ce dernier avait une armure, et malgré les apparences tenait bien sur ses pieds. Il ne fut que peu déséquilibré et malgré sa mort ses réflexes fonctionnèrent a merveille. Son épée trancha l'air et coupa la jeune fille en deux.

Il observa le corps, puis le plancher éclaboussé de sang. Pour la première fois, tué ne lui apportait plus du plaisir....mais quelque chose comme un remord....

Chassant cette sensation du mieux qu'il put, le réprouvé remit son casque, et il sortit de la maison. Il avait eu dans l'idée d'aller tuer d'autre paysans, mais pas ce soir....non pas ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Massacres au crépuscule   

Revenir en haut Aller en bas
 
Massacres au crépuscule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Inactif] Crépuscule de Lordaeron
» Marteau du crépuscule & propagande
» La cabale du crépuscule /vs/ Chaotiques
» [ACHAT]Soeurs du crépuscule sans dragon
» Le Cercle du Crépuscule.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rp-Horde Kirin Tor :: Récits et aventures-
Sauter vers: