Rp-Horde Kirin Tor

Vivez et partagez les aventures de la Horde du serveur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Naëlthrin Vertsoleil

Aller en bas 
AuteurMessage
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Naëlthrin Vertsoleil   Mer 22 Juil - 22:24

Apparence :
(pour avoir l'image en un peu plus grand : http://img40.imageshack.us/img40/8590/naelgrandcol.jpg c'est colorié vitos à la main hein, c'est pas du grand art ^^)

Naëlthrin est relativement petite et mince pour sa race et pour le peu qu'elle a, comme elle aime à le rappeler "à mon avis ce n’est pas du muscle." Sa chevelure est blond cuivré, un mélange de feuilles d’automne dorées et parfois orangées, pas de roux flamboyant donc. Pas de mèches particulièrement soyeuses non plus, plutôt un peu bouclées par endroit, en dégradé long.
Quand elle n’a pas l'air d’avoir l’esprit complètement parti ailleurs, il lui arrive souvent d’afficher un petit air mi-amusé, mi-boudeur, comme une jeune ado à qui ses parents ne cesseraient de répéter en vain car ça ne l’atteint pas, qu'il faut « sourire, bien se tenir, ne pas faire ci, ne pas faire ça ». Elle a beau être jeune adulte il faut croire que c'est resté.


Dernière édition par Naëlthrin le Dim 14 Mar - 1:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Sam 25 Juil - 0:03

hrp : Dans la logique du thread lancé ici http://kirintor-rp.forumsrpg.net/discussions-sur-le-rp-f17/elfes-de-sang-de-lune-d-argent-t1756.htm je pense étoffer un peu de mon bg familial en fonction des autres joueurs. Si vous pensez avoir pu connaître Naël ou quelqu'un de sa famille ce serait intéressant à partager, parlez-m'en en mp ou bien ici en rajout afin de compléter le bg final, voilà voilà ! Merci à vous (je pense du coup détailler un peu plus son enfance et son caractère pour que vous voyiez s'il y a qch de possible à faire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Dim 23 Aoû - 1:43

(chose promise chose due, voici le bg de la famille Verstoleil et de Naël version détaillée)

An ?? Naissance de Terudden Vertsoleil

An ?? Naissance de Dowen Vertsoleil

An - 43 : Naissance de Shan’duore de Portelune

An – 6 : Mariage de Terudden Vertsoleil et Shan’duore de Portelune

An ?? Mariage de Dowen Vertsoleil et Llaena

An 1 : Naissance d’Erillian Vertsoleil, fils de Terruden.

An 3 : Naissance de Naelrys Vertsoleil, fille de Terruden.

An 9 : Naissance d’Ashnzar Vertsoleil, fils de Dowen.

An 11 : Naissance de Naëlthrin Vertsoleil, fille de Terruden.

Origines de la famille Vertsoleil
Les origines les plus lointaines de la famille sont inconnues. Il semble que la maison Vertsoleil ait vécu une brève période de renommée. Nombreuses et belles propriétés terriennes, divers faits glorieux accomplis par des ancêtres oubliés depuis, en bref : un patrimoine qui promettait. Malheureusement, à force de gestions sans doute osées mais surtout malheureuses, et peut-être aussi à force d’actes de bravoure dangereux abrégeant la carrière des illustres aînés, la famille s’est affaiblie en nombre et en fortune. Elle a revu ses ambitions à la baisse et est devenue ensuite une modeste maison de hauts elfes de l’ancienne petite noblesse des terres, principalement établie à Lune d’Argent, restreinte en biens et dont le plus précieux demeure le nom et ce qu’il évoque peut-être chez certains.

On notera que bien que de peu de prétention, la famille a tout de même souvent pratiqué les mariages arrangés pour ses aînés afin d’assurer la pérennité noble et de resserrer les liens avec ses voisins. Sans doute dans l’espoir de retrouver des miettes de son éphémère grandeur d’antan.


Dernière édition par Naëlthrin le Dim 14 Mar - 2:39, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Dim 23 Aoû - 1:44

Quelques traits de caractère et personnalité de Naëlthrin

Naëlthrin a une personnalité toute en nuances, qui peut donner tout ou rien, de la timidité comme du courage, suivant les circonstances. Suivant que c’est la raison ou l’émotion qui prend le dessus. Suivant qu’elle réagit sur un coup de tête, ou qu’elle a pris le temps de réfléchir. Suivant qu’elle préfère se laisser aller, ou être raisonnable.

De nombreux traits de son caractère son dus à son vécu et luttent ainsi avec d’autres aspirations intérieures.

Les lieux où elle se trouve, les personnes auxquelles elles parlent sont aussi pour beaucoup dans ce qu’elle va montrer ou non. Réservée et en retrait si elle ne se sent pas en confiance ou qu’elle pressent un danger, bien plus osée, ironique et faisant front, si elle se sent sûre d’elle. D’une manière générale elle est franche et spontanée, ou préfèrera le silence plutôt que l’hypocrisie. Et malgré ses déboires avec les autres, elle aura tendance à accorder le bénéfice du doute, et à se remettre en questions.

Assez rationnelle quand il le faut, elle croit aussi qu’en certains cas, la fin justifie les moyens, et n’hésite pas à faire pour l’instant n’importe quel petit boulot lucratif, peu importe de quoi il s’agit tant que ça ne la dérange pas (pas trop dangereux, pas trop puant et encore…). Elle fait assez fi des fameuses convenances que sa mère a vaguement pensé à lui inculquer, de loin. Sans prendre le parti opposé, elle estime tout simplement que de nombreuses coutumes n’ont aucune réalité logique. Pourquoi se prendre la tête quand c’est inutile? Elle fait ce qu’elle aime, en suivant sa logique, son instinct, le tout servi avec un peu de raison et de rêve.


Dernière édition par Naëlthrin le Jeu 11 Mar - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Dim 23 Aoû - 1:45

Bg détaillé
De 0 à 2 ans : Lune d’Argent
De 2 à 9 ans : Brise-Clémente
De 9 à 11 ans : Exil
De 11 à 19 ans : Lune d’Argent

Enfance : 0-10 ans

Naëlthrin semble chétive en comparaison de ses deux aînés, précoces et bien plus exubérants. Bien que tout à fait normale, elle apprend à marcher et à parler tardivement par rapport à eux. Non qu’elle ait eu du mal, mais d’allure timide, enfant observateur et rêveur, elle n’était pas du genre à vouloir courir partout et détruire le bas des meubles une fois sur ses deux jambes. Ce comportement introverti inquiète plus que de raison ses parents. Ils décident de l’envoyer à la campagne profiter du bon air. Il est hors de question qu’un Vertsoleil ne soit pas parfait. Elle est ainsi confiée à 2 ans aux bons soins de son oncle, Dowen Vertsoleil, forestier, et de sa femme, Llaena, qui ont déjà un fils, Ashnzar, de deux ans plus âgé que Naëlthrin.

Dans le flou de l’enfance, la petite elfe interprète cet éloignement comme une punition et un rejet. Elle grandit avec ce sentiment semi-conscient qu’elle a « mal fait » sans comprendre pourquoi. Cela renforce ses doutes quant à elle-même et son asociabilité naturelle. Comble de malchance : elle se retrouve au sein d’une famille dont le fils unique est, encore, une sorte de petit prodige. Dès le départ, le jeune Ashnzar fait preuve à son égard de mépris et d’une assurance certaine, enfant gâté et sûr de lui. Il est du genre à pincer régulièrement les joues de la petite Naël et à bien lui faire comprendre que « c’est lui le chef, c’est lui qui décide ». Apprenant à se connaître, la complicité et l’affection prennent finalement le pas sur le mépris ou la méfiance. Naëlthrin voit vite en Ashnzar son premier et unique ami, le seul prêt à la défendre ou à partager ses fous rire, malgré encore quelques coups bas (cheveux tirés, livre de magie déchiré, jouets qui disparaissent…).

Rare personne ouverte d’esprit et tolérante chez les Vertsoleil, l’oncle de Naëlthrin fera de son mieux pour apporter un cadre sain et de l’affection à sa nièce. Elle restera chez lui jusqu’à ses neuf ans, recevant régulièrement la visite de sa famille directe sans parvenir à s’y lier plus avant. A la veille de la venue du Fléau, Naëlthrin est rappelée chez les siens, en la capitale elfique, afin de commencer son apprentissage.


Dernière édition par Naëlthrin le Dim 14 Mar - 1:32, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Mer 26 Aoû - 11:25

Fin de l’enfance : 9-11 ans

Encore jeune peut-être pour décider de son avenir, mais mûrie par son expérience et son caractère réfléchi, Naëlthrin préfère choisir sagement de s’orienter vers une vocation qui ne tient ni à la maîtrise de la magie, ni à la maîtrise des armes. Ces deux domaines sont la spécialité des autres membres de sa famille et elle ne tient alors aucunement à souffrir encore de la comparaison. Rien ne l’empêche à sa façon de garder contact avec ces lames fascinantes à ses yeux, capables d’allier à la fois la grâce, l’agilité, la force et la puissance. Une dague fine, sobre mais toujours aiguisée la quitte rarement.

Ses premiers pas en tant que prêtresse sont mouvementés. La venue du Fléau sur Lune d’Argent, la fuite, les combats… la jeune elfe, son cousin, ainsi que d’autres enfants sont engagés à fuir dès que possible tandis que les valides et adultes défendent la cité. C’est en exil que tous deux commencent leur formation.


Dernière édition par Naëlthrin le Dim 14 Mar - 1:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Mer 26 Aoû - 11:26

Adolescence : 11-15 ans

La ville est en ruines, le Fléau toujours à ses portes, mais les fiers elfes de sang s’acharnent pour rebâtir au plus vite leur gloire d’antan, pour reprendre leur train de vie. Les exilés commencent à revenir dans leurs terres pour se joindre à cet effort de reconstruction. Naëlthrin a perdu son frère et sa sœur, fièrement lancés au combat, disparus dans la bataille. Leurs corps n’ayant pas été retrouvés, ses parents anéantis ne perdent pourtant pas espoir.

C’est dans ces circonstances qu’Ashnzar et Naëlthrin poursuivent leur adolescence et grandissent. Ashnzar s’éloigne assez vite de sa cousine, commençant à avoir du succès auprès de la gente féminine, n’ayant pas forcément du temps à accorder à son ancienne amie. Naëlthrin n’ayant aucune envie de s’imposer, reste dans son coin, rêveuse, insignifiante à ses yeux, sans aucune envie d’être déçue par les autres, satisfaite de sa solitude et du silence. Elle écoute d’une oreille distraite, et qui commence à se teinter d’ironie, les mille et une recommandations de sa mère qui souhaite à tout prix la changer en quelque chose de « mieux ». Elle est la dernière qui lui reste après tout.

Approchant les quatorze ans, Naëlthrin s’épanouit imperceptiblement. Elle n’a pas beaucoup grandi et reste assez mince et petite par rapport aux siens, mais les traits de l’enfance disparaissant, ils laissent une elfe au visage gracieux, doux et harmonieux. Nul doute qu’elle tient plus du côté Portelune et que ses gènes semblent avoir sauté une génération. Ses yeux s’agrandissent puis s’affinent, évoquant ceux des loups. Ses cheveux blonds cuivrés qu’elle porte encore attachés s’échappent en mèches inégales encadrant son visage à présent plus finement terminé, faisant ressortir la blancheur de sa peau.

Inconsciente de ces changements, son humeur solitaire l’empêchera de réaliser le nouveau regard que les autres portent sur elle. Eux-mêmes rebutés par son isolement n’iront pas plus vers elle qu’avant, la confortant dans l’idée qu’elle n’est bien qu’avec elle-même. Mais sa personnalité se développe elle aussi, et comme ses traits, elle devient plus subtile. La lucidité, l’ironie et l’espièglerie se mêlent en elle, formant un équilibre avec une certaine forme de sagesse personnelle. Naëlthrin décide de prendre du recul, de prendre sur elle, d’accepter ce qui la blesse à défaut de le vaincre. De se relever, doucement. De trouver sa voie et sa place. De trouver ceux qu’elle comprendrait et qui appartiendraient à cette même et étrange espèce dont elle semble issue. Mais sa sensibilité et une pointe de fragilité du à son vécu, ne la mettent pas à l’abri d’actes parfois déraisonnables… de peur, ou de courage. De faiblesse, ou de force.


Dernière édition par Naëlthrin le Dim 14 Mar - 1:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Mer 26 Aoû - 11:29

Fin de l’adolescence : 15-17 ans

Incapables de se remettre de la disparition de leurs deux enfants, incapables d’accepter leur perte, et voyant Naëlthrin mûrir, ses parents décident qu’elle est assez grande pour être confiée au soin des prêtres et prêtresses assurant sa formation. Ils quittent la ville, prenant la courageuse décision de participer à leur tour à la lutte contre le Fléau. Espérant sans doute combattre le remord qui les accable ou retrouver une trace de leurs enfants. Ils ne feront que les rejoindre, laissant finalement leur dernière née seule… et étrangement, enfin libre.


Dernière édition par Naëlthrin le Dim 14 Mar - 1:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Mer 26 Aoû - 11:34

Début de l’âge adulte : 17-19 ans

C’est dans ces dernières circonstances chaotiques que Naëlthrin termine son apprentissage. Son premier désir est étrangement de partir, voyager, bien qu’aucun endroit en particulier ne l’attire. Il ne s’agit pas de trouver l’herbe plus verte ailleurs, seulement de respirer, de boire l’air, de savoir que le monde devant elle est enfin sans limite. De faire voyager au gré de ses pas, sa pensée, de trouver sa place, de savoir à quoi elle est destinée.

Elle ne ressent aucune attache pour sa patrie, aucune attache pour personne en dehors de ses seuls proches : son cousin, et ses cousins éloignés, les Portelune.

Très vite, au gré de son errance, elle accepte facilement n’importe quel petit boulot, sans avoir encore de cas de conscience, s’étant toujours sentie à l’écart des passions et engagements des siens. Parallèlement elle revient régulièrement à Lune d’Argent, le temps de s’assurer que la ville n’est décidément pas faite pour elle, mais surtout de laisser quelques nouvelles aux siens.

Elle développe un fort penchant pour l'alcool (et le sucre en général), nectar doux et enivrant qui tend à apaiser la souffrance... Egalement gourmande, sans en abuser, mais surtout pragmatique, elle refusera rarement un repas offert.


Dernière édition par Naëlthrin le Dim 14 Mar - 1:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Mer 26 Aoû - 11:36

Membres de la famille Vertsoleil


Terudden Vertsoleil
Père d’Erillian, Naelrys et Naëlthrin Verstoleil. Frère de Dowen Vertsoleil, époux de Shan’duore Vertsoleil.
Terudden a suivi très tôt les voies de la magie. Il était un mage expert en arcanes et un érudit passionné d’histoire et de magie. Si à titre d’ami ou de professeur il sut faire preuve d’une grande ouverture d’esprit, voire d’un caractère curieux et espiègle dans le cadre de son travail, c’était avant tout au sein de sa famille l’aîné des Vertsoleil, éduqué dans le but de tenir fermement ce rôle en même temps que les rennes de la famille.

Il avait accepté sans broncher un mariage arrangé (d’un autre côté, ce n’est pas comme si on pouvait dire qu’il avait été surpris) avec une noble de la Maison Portelune. Il n’alla jamais jusqu’à éprouver de l’amour ni de la passion pour sa femme avec laquelle il partageait finalement peu (en dehors de quelques repas, des enfants, et de leur demeure). Au fil du temps ils firent pourtant preuve d’un respect mutuel et d’une affection raisonnable, permettant au foyer un certain équilibre. Leur vision souvent commune de l’avenir et de l’éducation de leurs enfants assurera également la cohésion du couple.

On a eu tendance à qualifier Terruden de personnage peu sensible, encore moins émotif et au jugement trop « scientifique » même si cette dernière remarque a toujours difficile à définir. Dans les faits cela se traduisait par la prise de décisions uniquement motivées par la raison ou une logique basique. La vie en ville ne convient pas à leur dernière fille ? Envoyons-la à la campagne, c’est pour son bien. Oh bah oui elle ne verra pas ses parents mais on vit très bien sans non ? Pour lui, la fin justifie souvent les moyens et il est inutile de s’embarrasser de fioritures.

Comme tout parent (ou presque), il éprouvait pourtant de l’amour et de la fierté pour chacun de ses enfants (peut-être plus parce qu’ils sont ses enfants que pour leurs qualités propres). Mais il a appris à se garder d’être plus démonstratif que de raison. Il resta toujours mesuré. Une petite tape sur l’épaule, un sourire, un bon mot, voilà ce qu’il accordait lorsqu’il était heureux des actions de sa progéniture. De la même façon, il n’agissait pas outre mesure lorsqu’il fallait faire preuve de sévérité : un bon discours, un ton ferme, un dialogue bien rythmé suffisaient selon lui à régler un souci.

Il fréquentait régulièrement Lordaeron et Dalaran, où il enseigna la magie, aussi bien à son fils aîné et à des hauts-elfes qu’aux humains qui souhaitaient suivre ses cours. Il éprouvait lui-même une certaine fascination et un enthousiasme qu’il ne cachait pas pour cette race qui maîtrisait si aisément cet art. Il sera tué lors de son combat contre le Fléau, en l’an 26.

Dowen Verstoleil

Père d’Ashnzar Vertsoleil. Frère de Terudden Vertsoleil, époux de Llaena

Forestier de Brise-Clémente, il a été élevé en cadet avec ce que cela impliquait souvent : une éducation moins exigeante que pour Terudden, un peu plus de tolérance et de liberté. C’est d’ailleurs cette tolérance plus grande qui lui permettra de contracter une alliance de cœur et non de raison. Plus renfermé en société que son frère, il a pu passer pour un personnage bourru, ce n’était en effet ni un beau parleur ni un charmeur et c’est de lui-même qu’il a décidé de s’installer hors de la ville et de son agitation. Et pourtant, lorsqu’on prenait la peine de le connaître on découvrait une personne réfléchie et intéressante, ouverte aux autres, qui mêlait savamment autorité et juste mesure des choses.

C’était un rêveur attentif aux siens, quelque peu « noble au grand cœur », une figure protectrice pour sa famille qui n’hésitait jamais à affronter le danger (et mêmes les monstres sous le lit) pour aider ou rassurer ses proches. Il enseigna ainsi à son fils ses notions de justice, d’honneur, de bonté, de prudence, d’équilibre, sans être tout à fait sûr que cet enseignement allait être suivi à la lettre.

Il participa très activement à l’éducation d’Ashnzar et de Naëlthrin durant leur petite enfance, aux côtés de sa femme plus discrète et pourtant toute aussi influente. Il fut leur principale figure de référence.


Dernière édition par Naëlthrin le Dim 14 Mar - 1:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Ven 28 Aoû - 22:01

Shan’duore Verstoleil (née de Portelune)

Mère d’Erillian Vertsoleil, Naelrys Vertsoleil et Naëlthrin Vertsoleil. Epouse de Terudden Vertsoleil. Fille d’Oranyl de Portelune.

Dernière née d’une branche honorable de la Maison Portelune, Shan’duore n’espérait pas mieux comme avenir qu’un bon mariage et un foyer assuré. Elle avait été élevée dans ce but et éprouvait un profond respect, voire une grande admiration, pour les rites de la noblesse et les traditions familiale. Elle ne rêvait pas d’amour, ce qu’elle avait entendu de ce sentiment ne correspondait pas à la façon dont elle se représentait le bonheur et la stabilité.

Ses désirs seront exaucés, alors qu’elle se pensait définitivement perdue (qui pourrait bien vouloir de la dernière née Portelune ?) quand elle apprendra que la famille Vertsoleil avait des vues sur elle. Cette famille ne pouvant en effet pas prétendre à un mariage avec des aînées trop fameux, fautes de moyens suffisants, la jeune Shan’duore et son nom réputé apparaissait comme le parfait compromis. Au final, tout le monde fut donc content : les Portelune de se débarrasser de la petite dernière insignifiante, les Vertsoleil de récupérer une illustre Portelune chez eux aussi facilement.

Shan’duore respectera avec beaucoup d’humilité cet époux qu’on lui avait choisi, mage assez bien fait de sa personne, talentueux et cultivé. Elle s’octroya de son côté une place prépondérante en tant que maîtresse de maison sachant recevoir et se faire valoir. Elle tâchera d’enseigner à ses enfants tout un tas de préceptes et principes : respect des convenances, respect des égaux et des inférieurs tout en sachant rappeler son rang, contrôler ses émotions, faire très attention aux apparences et user habilement de l’hypocrisie, toujours avoir un but le plus modeste soit-il, entretenir la fierté et non l’orgueil, et toujours l’honneur de la famille. Elle préférait un mensonge ou le silence à une vérité risquant de la décevoir. Ce comportement pourtant tout tourné, de son point de vue, vers l’épanouissement et l’éducation parfaite de ses enfants instaurera une distance polie entre elle et eux, faite de peu d’échanges et de beaucoup de silences aimables et de vérités cachées.

Cette excellente éducation ne fut pas toujours efficace, notamment avec la dernière née à laquelle elle a moins consacré de temps. En revanche, profondément marquée Naelrys et Erillian eurent un peu trop souvent conscience de leur propre valeur. La paladine cherchera à redorer le blason de la famille en profitant de son aisance au maniement des armes pour briller lors des combats tandis que son frère rivalisera dans la maîtrise des arcanes.

Shan’duore suivra son époux lors de son départ et sera tuée la même année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Dim 14 Mar - 1:34

Erillian Vertsoleil

Fils de Terrudden et Shan’duore Vertsoleil. Frère de Naelrys et Naëlthrin. Cousin d’Ashnzar. Amant de Daethrin (avant la venue du Fléau)

Erillian était tout ce que sa mère attendait de lui. Premier né, à la chevelure éclatante des Vertsoleil, à la fierté assurée et aux dons prodigieux en matière de magie. Enfant précoce, très mature, il surpassait même ceux de ses camarades les plus âgés. Très vite habile parleur, il avait également grâce à ses capacités d’analyse la singulière capacité de s’adapter à ceux qui l’entouraient tout en restant fidèle à lui-même, s’assurant des éloges où qu’il aille et une popularité prête à dépoussiérer l’illustre passé des Vertsoleil.

Encouragé par son père, il développa lui aussi une curiosité insatiable pour la maîtrise de toutes les formes de magie. S’il fut généralement bien plus doué que ces acolytes hauts-elfes et qu’il s’en vantait avec ce qu’il faut d’humour et d’ironie pour qu’on ne lui en veuille jamais, il découvrit une rivale inattendue en la présence d’une des plus jeunes élèves de son père. Ce dernier appréciait en effet d’enseigner son savoir à quelques humains dont les dons l’étonnaient encore et toujours. Parmi eux, il avait pris sous sa coupe Daethrin Daubrée, la fille de son ami mage humain Ievgan Daubrée et dont le nom n’était pas sans rappeler celui de sa propre fille et pour cause : les deux hommes étaient très liés. Daethrin n’était pas privilégiée en raison de l’amitié des deux hommes mais bien pour ses capacités extrêmement développées en matière de magie ce que ne manqua pas de remarquer Erillian.

La rivalité entre les deux élèves se transforma assez vite en admiration et fascination réciproque, puis en amitié quand ils apprirent à mieux se connaître. Sous couvert de l’amitié innocente que partageaient leurs parents, ils se rapprochèrent l’un de l’autre jusqu’à devenir inséparables. Daethrin ne ressemblait pas aux autres humains qu’Erillian avait pu connaître (en même, on ne peut pas dire qu’il faisait des efforts pour en rencontrer beaucoup). Elle posait un œil relativement mûr sur ce qui l’entourait au point qu’il doutait régulièrement de son jeune âge. De même qu’il se plaisait à le faire, elle utilisait ses propres connaissances combinées à sa logique pour découvrir ce qu’elle ne savait pas encore, formuler des hypothèses en avance, tenter de s’adapter aux mieux aux situations nouvelles... bref, qui plus est, sa tendance à l’humour, souvent sarcastique et moqueur mais généralement pas trop à côté de la plaque, finit de séduire le jeune elfe qui avait trouvé ce que l’on appelle platement parfois « l’âme sœur ».

Tous deux, encore jeunes et idéalistes, étaient persuadés qu’ils pourraient changer le monde et en découvrir les moindres recoins ignorés. Cependant Erillian savait qu’avec une mère comme la sienne, et avec sa position, ce type de relation ne serait jamais ni reconnue, ni acceptée officiellement, quel que fut l’avis de son père en la matière. Leur relation resta ainsi plus ou moins secrète, après un refus catégorique de sa mère, il se doutait que peu de choix s’offraient à eux. En un : la classique fuite, très peu séduisante car impliquant de perdre le luxe de sa vie et son patrimoine. En deux : la tout aussi clichée « passion platonique », très peu pour l’un comme pour l’autre, on se voit mais ouhla on se touche pas et on soupire misérablement en silence. Et enfin la séparation, malheureuse mais plus probable... « jusqu’à ce que ». Qui sait ce que réservait l’avenir ?

Dans le cas où cette dernière solution prévaudrait Erillian tout comme son amie promirent de se faire un point d’honneur à ne vivre plus que de petites amourettes plus ou moins longues (autant en profiter vu que ça n’a rien de désagréable) et de ne pas se lier à qui que ce soit en attendant. Voilà qui ennuierait bien sa mère même si elle le préférerait effectivement éternel célibataire que mariée à l’humaine.

A la venue du Fléau, Erillian fut porté disparu sans que l’on sache s’il était bel et bien tombé au combat ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naëlthrin

avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   Dim 14 Mar - 1:34

Naelrys Vertsoleil

Fille de Terrudden et Shan’duore Vertsoleil. Sœur d’Erillian et Naëlthrin. Cousine d’Ashnzar. Pas de relation connue à ce jour.

Naelrys était, comme son frère, une enfant extrêmement éveillée et extravertie, voire turbulente dans la petite enfance. Elle avait tendance à recourir un peu vite aux coups de poings ou de pied quand Erillian l’agaçait de petites piques taquines. Est-ce dire que cela décidait déjà de ses orientations futures ? Non, c’est un peu rapide et restreint.

Dès son plus jeune âge, Naelrys suivit les pas de son aîné, elle commençait tout en avance, présentait les mêmes signes de précocité que lui, au point qu’il était évident pour les parents que ce devait être un trait propre à leur descendance. Naelrys était surtout poussée par l’ambition de dépasser son grand-frère, mais celle aussi de plaire à ces parents si exigeants et avares d’encouragements. A l’inverse d’Erillian, dans les vieux récits dont les berçait leur père, la magie l’intéressait bien moins que les passages de batailles, les ruses et le courage dont étaient dotés les valeureux héros, combattants légendaires de mythes poussiéreux qui faisaient bailler son frère. Elle se représentait en rêvant les scènes de combat, fascinée par cette alliance imaginaire de force et de grâce dans le maniement des armes. Elle admirait le pouvoir conféré à l’esprit noble sachant manier l’épée et dont il n’avait pas même besoin de se servir pour être respecté ou écouté, tant il se dégageait de sa personne un sentiment de force et de sagesse. On n’osait le défier car l’on se savait vaincu d’avance, on ne pensait pas même à oser car on le savait juste et honorable.

D’un caractère bien trempé, Naelrys s’imposa bien vite à l’image de ses modèles, par son assurance et une propension à rassembler et diriger ses proches, là où son frère faisait l’unanimité par ses talents de séduction. Cela ne lui valut pas forcément que des amis dans la petite enfance mais un respect général. Et ceux qui n’aimaient pas sa manie directive lui reconnaissait une beauté de statue d’albâtre qui faisait qu’on lui pardonnait volontiers son caractère parfois froid (qui a dit hautain ?) ou son orgueil savamment entretenu. C’est naturellement et sous l’œil ravi de ses parents qu’elle se tourna vers une formation de paladin, continuant tour à tour d’être la rivale ou la coéquipière de son frère.

Elle sera portée disparue lors de la venue du Fléau. D’aucuns affirment l’avoir vu mourir sur le champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naëlthrin Vertsoleil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naëlthrin Vertsoleil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rp-Horde Kirin Tor :: Rp Horde Kirin Tor :: Présentation des personnages-
Sauter vers: